Skip to Main content Skip to Navigation
Directions of work or proceedings

Les conquêtes de l’INRA pour le biocontrôle

Thibaut Malausa 1 Emmanuelle Joly 2 Brigitte Frerot 2 Frédéric Marion-Poll 3, 4 Denis Thiéry 5 Jean-Claude Martin 6 Amélie Lefèvre 7 Maria Navajas 8 Elisabeth Tabone 6 Jean-Yves Rasplus 8 Nicolas Ris 1 Jean-Claude Ogier 9 Sylvie Pages 9 Alain Givaudan 9 Sophie Gaudriault 9 Jean-Luc Gatti 1 Claire Lavigne 10 Jean-Charles Bouvier 10 Ludovic Mailleret 1, 11, 12 Elodie Vercken 1 Etienne Klein 13 Lionel Roques 13 Nicolas Desneux 1 Christine Poncet 1 Marc Bardin 14 Philippe C. Nicot 14 Michel Ponchet 1 Eric Galiana 1 Marie-Noëlle Brisset 15 
Résumé : Lancé à l’occasion du Grenelle de l’environnement de 2007, le plan Ecophyto a pour objectif de réduire de moitié le recours aux produits phytopharmaceutiques en France, à l’horizon 2025. Certaines des substances jugées préoccupantes ont déjà été retirées du marché et d’autres, à l’instar du glyphosate ou des néonicotinoïdes, le seront dans les années à venir. C’est une excellente nouvelle pour l’environnement comme pour notre santé. Mais ça n’est pas sans conséquence pour l’ensemble des filières agricoles. En effet, par quoi va-t-on remplacer les produits phytosanitaires pour protéger les cultures des bioagresseurs qui les menacent? Ne risque-t-on pas de voir ressurgir des maladies ou des insectes phytophages jusqu’alors efficacement contrôlés? Et comment lutter contre les nouvelles espèces envahissantes venues du bout du monde et qui se répandent à toute vitesse sur notre territoire? Pour faire face à ces immenses défis, l’Inra est en première ligne. Et parmi les stratégies mises en œuvre pour y répondre, le biocontrôle figure en tête de liste. Le biocontrôle, c’est un ensemble de méthodes de protection des cultures basées sur l’utilisation d’organismes vivants ou de substances naturelles. Les produits de biocontrôle sont classés en quatre catégories: les macro-organismes (principalement insectes, nématodes, acariens...), les micro-organismes (virus, bactéries, champignons...), les médiateurs chimiques tels que les phéromones et enfin les substances naturelles d’origine minérale, végétale ou animale. L’Inra n’a pas attendu Ecophyto pour s’intéresser au biocontrôle. Depuis plusieurs décennies, les chercheurs mènent des travaux sur les interactions entre les plantes et leurs ravageurs. Ils développent des méthodes de lutte qui, utilisées seules ou dans le cadre d’une stratégie de contrôle globale, jouent un rôle croissant dans la protection des cultures. Et l’Institut est à l’origine d’innovations qui sont utilisées dans le monde entier, telles que la confusion sexuelle à l’aide de phéromones. En tant qu’organisme public de recherche finalisée, l’Inra s’associe à des partenaires privés pour mettre au point des solutions de biocontrôle et étudie leurs impacts sur la santé et l’environnement. L’Institut propose également des pistes pour aménager les paysages agricoles, en vue de favoriser le développement ou la conservation des auxiliaires de cultures, alliés précieux en agriculture.
Document type :
Directions of work or proceedings
Complete list of metadata

Cited literature [1 references]  Display  Hide  Download

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01963048
Contributor : Jean-Luc Gouzé Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Friday, December 21, 2018 - 11:49:45 AM
Last modification on : Thursday, September 1, 2022 - 3:58:36 AM
Long-term archiving on: : Friday, March 22, 2019 - 3:15:54 PM

File

dp-biocontrole-2.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01963048, version 1
  • PRODINRA : 441064

Citation

Thibaut Malausa, Emmanuelle Joly, Brigitte Frerot, Frédéric Marion-Poll, Denis Thiéry, et al.. Les conquêtes de l’INRA pour le biocontrôle. France. INRA Sciences & Impact, pp.32, 2018. ⟨hal-01963048⟩

Share

Metrics

Record views

1084

Files downloads

1208