Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Communication dans un congrès

Santé des forêts et biodiversité

Résumé : Les dépérissements forestiers ne sont pas des phénomènes nouveaux mais risquent de s'accentuer en réponse aux changements climatiques : augmentation de fréquence et d'intensité des sécheresses dans certaines parties du globe (dont l'Europe) avec des conséquences déjà visibles sur les forêts. La détérioration progressive de l'état de santé d'un peuplement s'accompagne de l'apparition / augmentation de certains habitats / certaines ressources, potentiellement favorables à certains organismes (opportunités de résurgence (temporaire) pour des taxons actuellement menacés) et défavorables à d'autres organismes (risques de perte de services écosystémiques). L'impact des dépérissements forestiers sur la biodiversité a été peu étudié, et nous l'abordons ici via deux projets de recherche : BUCHE et Climtree. Le projet BUCHE est un projet méthodologique sur dépérissements et ravageurs secondaires, avec des résultats « collatéraux » sur la biodiversité forestière, dans la forêt de Vierzon, une chênaie qui a connu une succession répétée de dépérissements (1920, 1940, 1980, 2000 - 2004). Depuis 2016, nous y conduisons un échantillonnage de certains groupes d'insectes saproxyliques dans des dendromicrohabitats modifiés par les dépérissements (canopée & suintements de sève) pour l'étude des liens entre dépérissement et biodiversité. Sur un dispositif limité (spatial & temporel), nous observons des effets du dépérissement positifs sur les taxons saproxyliques (dépendant du bois mort), en termes quantitatifs & qualitatifs. Ce travail exploratoire reste à approfondir sur un dispositif plus large (plus de parcelles & de massifs forestiers), et sur des groupes taxonomiques / fonctionnels plus variés. Le projet Climtree porte sur les effets du dépérissement du sapin sur la biodiversité des sapinières pyrénéennes. Le déficit foliaire moyen du sapin pectiné, une essence très sensible au déficit hydrique, augmente dans la limite sud de son aire de répartition depuis 2000, notamment dans les Pyrénées et le massif central. Dans le cadre de notre étude sociologique sur la réponse des acteurs forestiers locaux au dépérissement de la sapinière consécutif au changement climatique, une typologie des propriétaires a été construite. D'autre part, notre étude écologique analyse la réponse de la biodiversité au dépérissement de la sapinière via un plan d'échantillonnage dans 2 régions des Pyrénées. D'après les premiers résultats, la structure de la sapinière est affectée par le niveau de dépérissement, et dans une moindre mesure par les coupes de récupération mais cela modifie peu la biodiversité. En conclusion, les mutations forestières via un dépérissement entraînent des changements d'habitats et de ressources avec des impacts potentiellement forts sur un réservoir majeur de biodiversité. L'orientation et l'intensité des changements sont toutefois encore difficilement prévisibles et variables selon les groupes fonctionnels / taxinomiques et le massif forestier.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal.inrae.fr/hal-02608148
Déposant : Migration Irstea Publications <>
Soumis le : samedi 16 mai 2020 - 15:27:27
Dernière modification le : mardi 15 septembre 2020 - 16:22:06

Identifiants

  • HAL Id : hal-02608148, version 1
  • IRSTEA : PUB00059265

Collections

Citation

Aurélien Sallé, Christophe Bouget. Santé des forêts et biodiversité. Colloque MIDI « Mutations forestières dans le cadre des changements globaux », Nov 2018, Blois, France. pp.29. ⟨hal-02608148⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

13