Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Crise foncière, crise de la ruralité et relations entre autochtones et migrants sahéliens en Côte d'Ivoire forestière

Résumé : La contribution traite de la question foncière dans la région forestière ivoirienne, après le conflit intervenu en septembre 2002. Les éléments-clés de la crise de la ruralité sont d'abord rappelés. Premièrement la crise du modèle "pionnier" de mise en valeur agricole, qui a contribué à "l'ethnicisation" des rapports fonciers ; deuxièmement la crise du mode de gestion politique des ressources, qui a contribué à politiser la question foncière et à accroître son ethnicisation ; et enfin la crise du modèle urbain d'ascension sociale des jeunes d'origine rurale, qui a provoqué un phénomène d'exclusion d'une partie notable des jeunes alors qu'une fraction importante d'entre eux étaient contraints de rejoindre leur village ou leur région rurale d'origine. Une étude de cas montre que le conflit actuel fait émerger les conditions d'un enkystement de l'économie de guerre. Les enjeux induits à l'échelle régionale sont ensuite identifiés. Dans l'immédiat, la situation de conflit déstabilise la situation de près de deux millions et demi de non ivoiriens, essentiellement originaires des pays sahéliens. A court terme, la situation de conflit renforcera les effets d'exclusion de la loi sur le domaine foncier rural sur les migrants sahéliens ayant acquis des droits dans le cadre coutumier. A moyen terme, les implications régionales du conflit devront compter avec ses effets sur la durabilité de l'agriculture de plantation ivoirienne elle-même. Des leçons opérationnelles dans le domaine foncier sont enfin tirées. Premièrement les divers groupes d'acteurs impliqués localement ne considèrent pas les enjeux régionaux en tant que tels. Deuxièmement dans ces conditions, l'action par la voie législative ou par la promotion d'actions coordonnées au niveau régional ouest-africain ne peut que constituer des adjuvants, utiles mais non décisifs. Le niveau d'action décisif est local. Troisièmement il est nécessaire pour cela de s'appuyer sur les règles normatives locales, en mettant provisoirement en veilleuse la loi de 1998. Pour finir, la question foncière ne constituant pas un champ d'action autonome, les politiques de développement doivent s'attaquer aux racines structurelles de la crise de la ruralité, qui ne sont ni seulement agraires ni seulement rurales.
Mots-clés : Production et marchés
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

https://hal.inrae.fr/hal-02670258
Contributor : Migration ProdInra Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Sunday, May 31, 2020 - 3:03:41 PM
Last modification on : Friday, April 22, 2022 - 11:57:20 AM

Identifiers

Collections

Citation

Jean-Pierre Chauveau, Samuel Koffi-Bobo. Crise foncière, crise de la ruralité et relations entre autochtones et migrants sahéliens en Côte d'Ivoire forestière. Outre-terre. Revue européenne de géopolitique, Ghazipur Publications, 2005, pp.247-264. ⟨10.3917/oute.011.0247⟩. ⟨hal-02670258⟩

Share

Metrics

Record views

6