Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Communication dans un congrès

Effets de différents modes de gestion des résidus d’exploitation sur la croissance d’une replantation d’eucalyptus au Congo

Résumé : La matière organique des sols et leur gestion sont des facteurs importants de production. Selon le mode d'exploitation forestière plus ou moins de rémanents (feuilles, branches, écorces, bois) retournent sur le sol. Un essai sur l’impact de la gestion des résidus d'exploitation (rémanents et litière préexistante) sur la croissance d'une replantation d’Eucalyptus a été mis en place en 1998 dans la région de Pointe-Noire (Congo) où les sols sableux sont très pauvres en matière organique et en éléments minéraux. Cet essai compare 6 modes de gestion des résidus d'exploitation sur l’évolution de la croissance des Eucalyptus et sur la fertilité des sols. Ces 6 traitements permettent d'avoir une gradation des quantités de résidus de 0 à 49.4 tMS.ha-1 dont un traitement de référence (la pratique usuelle du gestionnaire des plantations) et un traitement où les résidus ont été brûlés avant plantation. Le suivi de cet essai pendant 7 ans révèle que la croissance des Eucalyptus est immédiatement et fortement influencée par la gestion des résidus d'exploitation. La production en volume à 7 ans est de 84 m3.ha-1 pour le traitement où tous les résidus ont été enlevés, de 146 m3.ha-1 pour le témoin, de 161 m 3.ha-1 pour le traitement où la quantité de résidus a été doublée et de 127 m3.ha-1 pour le traitement où les résidus ont été brûlés. Les résultats d'analyses foliaires, de chutes de litière et de minéralisation montrent que, dans ces sols très pauvres, les Eucalyptus se nourrissent en grande partie à partir du recyclage rapide des matières organiques et grâce à un mat racinaire superficiel. L’évolution des sols indique des modifications notables de la saturation, malgré la fertilité très faible du sol. Ce site appartient à un réseau de 17 sites expérimentaux répartis de la Chine au Brésil en zone intertropicale, où les mêmes traitements ont été appliqués. Ce réseau est coordonné par le Centre International des Recherches Forestières (CIFOR). L’utilisation de la base de données du réseau pour modéliser de l’effet du traitement des rémanents montre que la baisse initiale de production peut ou non disparaître avec le temps, en fonction de la fertilité initiale des sols et à leur capacité de restauration. Ces 24 résultats ont une portée très générale pour discuter de l’effet initial et à long terme du traitement des rémanents en forêt, quel que soit le type de climat.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [2 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.inrae.fr/hal-02757501
Déposant : Migration Prodinra <>
Soumis le : jeudi 4 juin 2020 - 00:33:05
Dernière modification le : vendredi 18 septembre 2020 - 03:05:40

Fichier

Summary_Colloque_BRF2007_1.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-02757501, version 1
  • PRODINRA : 318854

Citation

Jean de Dieu Nzila, Julien Guy Kazotti, Philippe Deleporte, Jean-Paul Laclau, Laurent Saint-André, et al.. Effets de différents modes de gestion des résidus d’exploitation sur la croissance d’une replantation d’eucalyptus au Congo. Colloque international francophone "Les rémanents en foresterie et agriculture - Les branches : matériau d’avenir !, Feb 2007, Lyon, France. ⟨hal-02757501⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

32

Téléchargements de fichiers

23