Skip to Main content Skip to Navigation
Directions of work or proceedings

Actes du premier séminaire du RITA Guyane, 2012

Résumé : Suite aux États Généraux de l’Outre-Mer de 2009, le Comité Interministériel de l’Outre-Mer (CIOM) avait souligné la nécessité de mettre en place des Instituts Techniques dans les DOM, pour répondre aux besoins d’acquisition de références et d’appui technique des producteurs agricoles. Deux missions d’expertise ont été réalisées par l’ACTA et le CIRAD en 2010 et 2011 et ont débouché sur la décision par le Ministère de l’Agriculture de mettre en place, pour chaque DOM, un Réseau d’Innovation Technique et de Transfert Agricole (RITA) plutôt que la création d’un nouvel Institut Technique unique. Ce réseau doit correspondre à la mobilisation et à la coordination des différents acteurs (Instituts de Recherche, Chambre d’Agriculture, Centre de formation, Organisations professionnelles comme les FREDON et les GDS, Organismes régionaux d’expérimentations et de R&D, Centres Techniques existants et/ou nouvellement créés dans le domaine agricole et agroalimentaire). Pour le secteur de l’élevage, les professionnels des Antilles et de la Guyane se sont regroupés pour créer IKARE, entité qui a vocation à être l’Institut technique de l’élevage pour ces 3 départements. En Guyane, en l’absence d’une proposition mûre mi-2011 émanant de la profession agricole dans le secteur végétal, le Ministère a demandé au CIRAD de Guyane de porter une « plateforme végétale » qui mobilisera tous les acteurs agricoles locaux, en vue de la construction participative du réseau de recherche–développement des filières fruits, légumes et productions vivrières, dans les 2 prochaines années. La DAAF et le CIRAD ont travaillé entre octobre et mai 2011 à l'identification des travaux et documents existants pouvant alimenter le diagnostic des besoins techniques des filières de production végétale dans le département. Des contacts ont aussi été pris avec les chercheurs du CIRAD Montpellier et de l'INRA Antilles-Guyane en lien avec les sujets diagnostiqués, afin d’identifier les personnes compétentes dans ces domaines de recherche et développement. Parmi l’ensemble des besoins des agriculteurs, mis en lumière depuis la mise en place du plan ECOPHYTO-DOM en 2008 et les États Généraux de 2009, les sujets techniques sont nombreux et ne pourront pas être tous traités immédiatement. Le choix des axes prioritaires du RITA doit être cohérent avec les orientations de politique agricole locale et les priorités nationales du CIOM et s’inscrire dans la stratégie de développement endogène. Les actions du RITA doivent permettre de « développer une agriculture diversifiée, respectueuse de l’environnement permettant de nourrir une population en croissance rapide ». Ainsi, au regard de ces éléments et compte-tenu des diagnostics, états des lieux et discussions réalisées depuis presque cinq ans réalisés avec les acteurs agricoles locaux, 6 axes stratégiques apparaissent comme prioritaires et peuvent être, a priori, proposés pour être déclinés en actions/projets du RITA Guyane pour les 2-3 prochaines années : 1) Gestion de la fertilité et durabilité des sols productifs, 2) Amélioration et conception de systèmes de cultures et d’itinéraires techniques limitant l’usage d’intrants chimiques et en particulier des produits phytosanitaires, en lien avec le plan Ecophyto2018, 3) Production et diffusion de matériel végétal sain et introduction de nouvelles variétés, 4) Evaluation variétale 5) Création de nouveaux débouchés innovants afin d’accroître les revenus des exploitations en production végétale (nouvelles filières végétales : cacao, café, fruits amazoniens etc.) ; agro- transformation des productions agricoles, ...) 6) Gestion des connaissances et des informations en vue d’organiser le transfert des innovations vers les producteurs, capitaliser et mettre à disposition des connaissances sur la production agricole guyanaise pour les producteurs et les acteurs de la R&D. Ces différents points et en particulier le point 6 pourront être traités en coopération avec les RITA des autres DOM qui partagent aussi ces objectifs de transfert et de gestion de mise à disposition des connaissances. Suite à cette première phase de synthèse des besoins et de concertation, le CIRAD et la DAAF de Guyane ont souhaité organiser des ateliers de travail et un séminaire, afin de réunir les acteurs de la Recherche et du Développement, partager un diagnostic des problématiques agricoles guyanaises et faire émerger des actions de R et D et de transfert. Ces ateliers et le séminaire font suite à quatre jours de visites de terrain au cours desquels, la délégation des chercheurs accompagnés par des agents de la DAAF et des conseillers techniques a pu s’approprier les problématiques locales et discuter avec des producteurs représentatifs de la diversité de l’agriculture guyanaise. Ce premier séminaire du RITA de Guyane a réuni 56 participants issus des organismes de recherche, de la DAAF, des organisations professionnelles agricoles de Guyane, des organismes de formations, des collectivités territoriales, du monde de la distribution et de la transformation.
Document type :
Directions of work or proceedings
Complete list of metadata

https://hal.inrae.fr/hal-02802672
Contributor : Migration Prodinra <>
Submitted on : Friday, June 5, 2020 - 10:07:35 PM
Last modification on : Tuesday, May 18, 2021 - 2:06:02 AM

Files

2012_RITA_Actes_premier_semina...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02802672, version 1
  • PRODINRA : 362341

Collections

Citation

Marie-Béatrice Galan, Jean-Marc Thévenin, Claude Pavis, Jorge Sierra, Christophe Mittenbuller, et al.. Actes du premier séminaire du RITA Guyane, 2012. Séminaire RITA Guyane, Jun 2012, Kourou, Guyane, France. 68 p., 2012. ⟨hal-02802672⟩

Share

Metrics

Record views

42

Files downloads

76