Susceptibilité génétique à l’obésité, restriction parentale vis-à-vis de l’alimentation et croissance des enfants - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year :

Susceptibilité génétique à l’obésité, restriction parentale vis-à-vis de l’alimentation et croissance des enfants

(1) , (1) , (1) , (1) , (1)
1

Abstract

Introduction et but de l’étude: Plusieurs études montrent que les pratiques parentales vis-à-vis de l’alimentation sont associées au statut pondéral de l’enfant. La restriction parentale vis-à-vis de l’alimentation est souvent considérée comme une pratique favorisant l’obésité. Des études récentes suggèrent que cette pratique pourrait également être une réponse des parents à un statut pondéral trop élevé de l’enfant. De plus, d’autres études ont montré que, chez l’adulte, la restriction alimentaire constitue un facteur modérateur du lien entre la susceptibilité génétique à l’obésité et l’IMC. Dans ce contexte, cette étude longitudinale avait pour objectifs d’analyser 1/ le lien entre la restriction parentale vis-à-vis de l’alimentation à 2 ans et l’IMC de l’enfant entre 3 et 5 ans et 2/ le rôle potentiellement modérateur de cette pratique dans l’association entre la susceptibilité génétique de l’enfant à l’obésité et l’IMC de l’enfant entre 3 et 5 ans. Matériel et méthodes: 1246 enfants de la cohorte EDEN (Étude des Déterminants pré et post natals de la santé de l'ENfant) ont été inclus dans cette étude. Un score de susceptibilité génétique à l’obésité a été calculé à partir de 16 polymorphismes identifiés comme associés à l’obésité de l’enfant dans les études génome-entier. La restriction parentale vis-à-vis de l’alimentation a été recueillie par auto-questionnaire aux 2 ans de l’enfant à l’aide du Child Feeding Practices Questionnaire. Le z-score OMS d’IMC-pour-âge a été calculé à 3, 4 et 5 ans à partir des données de poids et de taille prédites grâce à des modélisations individuelles (modèle de Jenss-Bayley). Les associations entre la restriction parentale vis-à-vis de l’alimentation à 2 ans et les z-scores d’IMC entre 3 et 5 ans ont été évaluées à l’aide de régressions linéaires multiples incluant les principaux facteurs d’ajustement, comprenant notamment le z-score d’IMC à 2 ans. Les interactions entre la susceptibilité génétique de l’enfant à l’obésité et la restriction parentale vis-à-vis de l’alimentation ont été testées pour chaque paramètre de croissance considéré : les analyses ont été stratifiées le cas échéant. Résultats et Analyse statistique: Le score de restriction parentale à 2 ans était associé à un z-score d’IMC de l’enfant plus élevé entre 3 et 5 ans. Une interaction existait entre la susceptibilité génétique de l’enfant à l’obésité et le score de restriction, pour prédire le z-score d’IMC à 3 ans (p d’interaction=0,07), mais cette interaction s’atténuait avec l’âge de l’enfant (p=0,1 à 4 ans et p=0,2 à 5 ans) : une plus grande susceptibilité génétique à l’obésité était associée à un IMC plus élevé uniquement lorsque les parents exerçaient peu de restriction sur l’alimentation de leur enfant. Conclusion: Comme déjà décrit chez les adultes, la restriction parentale vis-à-vis de l’alimentation semblait atténuer l’association entre la susceptibilité génétique à l’obésité et l’IMC de l’enfant. Des études supplémentaires sont nécessaires afin étudier l’effet à long terme de la restriction parentale vis-à-vis de l’alimentation.
Not file

Dates and versions

hal-03739215 , version 1 (27-07-2022)

Identifiers

Cite

Claire Guivarch, Aminata Hallimat Cissé, Marie-Aline Charles, Barbara Heude, Blandine de Lauzon-Guillain. Susceptibilité génétique à l’obésité, restriction parentale vis-à-vis de l’alimentation et croissance des enfants. Journées francophones de nutrition, Nov 2021, Lille, France. ⟨10.1016/j.nupar.2021.12.008⟩. ⟨hal-03739215⟩
2 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More