Les sous-produits des filières viande (et poisson): point de départ d’une nouvelle symbiose intersectorielle et contribution à la durabilité du système de production animale - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Viandes et Produits Carnés Year : 2020

Les sous-produits des filières viande (et poisson): point de départ d’une nouvelle symbiose intersectorielle et contribution à la durabilité du système de production animale

(1)
1
Vincenza Ferraro

Abstract

The biological and technical value of the molecules that characterize animal residues, and in particular the by-products (inedible residues), can promote higher added value applications compared to the modes of management adopted today. Animal by-products can become new raw materials having technological, food and pharmaceutical relevance, which could also meet the demand for numerous bio-based and biologically active products. Natural biopolymers (the fibrous structural proteins collagen, elastin, and keratin), proteoglycans, prostaglandins, insulin equivalents, tissue regeneration factors and essential minerals such as calcium, phosphorus and magnesium, can be obtained from animal by-products. These molecules have unique properties which, moreover, cannot be obtained through chemical synthesis; however, their potential is not appropriately harnessed, and even less in France, despite the large quantities of animal by-products generated in the country, which has the largest number of heads of cattle and poultry among the 27 countries of the European Union. Fundamental research will be vital for an effective, multi-sectoral and multi-stakeholder valorisation. The elevation of by-products to the rank of "raw materials" requires an exhaustive physical-chemical and biological characterization to target one sector of application or another; the development of innovative and specific processes, and more suitable management systems, will be equally essential.
La valeur biologique et technique des molécules qui caractérisent les résidus animaux, et en particulier les sous-produits (résidus non comestibles), peut faire l’objet d’utilisations à plus haute valeur ajoutée par rapport aux modes de gestions adoptés aujourd’hui. Les sous-produits animaux peuvent devenir des nouvelles matières premières ayant un intérêt technologique, alimentaire et pharmaceutique, qui répondent, en outre, à la demande en nombreux produits biosourcés et biologiquement actifs. Des biopolymères naturels (les protéines fibreuses structurelles collagène, élastine, kératine), des protéoglycanes, des prostaglandines, des insuline-équivalents, des facteurs de régénération des tissus et des minéraux essentiels tels que le calcium, le phosphore et le magnésium, peuvent être obtenus des sous-produits animaux. Ces molécules ont des propriétés uniques et non répétables par synthèse chimique mais leurs potentialités sont aujourd’hui très peu exploitées, et encore moins en France, malgré les importants gisements générés dans le pays qui détient, en outre, le plus grand nombre de têtes de bétail bovin et de volaille parmi les 27 pays de l’Union européenne. La recherche fondamentale sera importante et indispensable pour une valorisation efficace, multisectorielle et multi-acteurs. L’élévation des sous-produits au rang de « matières premières » demande en fait une caractérisation physico-chimique et biologique exhaustive pour cibler un secteur d’application ou un autre ; la mise au point de procédés innovants et spécifiques, et des systèmes de gestion plus adaptés sera tout autant indispensable.
Not file

Dates and versions

hal-03740252 , version 1 (29-07-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03740252 , version 1

Cite

Vincenza Ferraro. Les sous-produits des filières viande (et poisson): point de départ d’une nouvelle symbiose intersectorielle et contribution à la durabilité du système de production animale. Viandes et Produits Carnés, 2020. ⟨hal-03740252⟩

Collections

INRAE
2 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More