Qualité nutritionnelle des protéines du lait humain et d’une préparation pour nourrissons, étude pré-clinique chez le modèle mini-porcelet - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year : 2022

Qualité nutritionnelle des protéines du lait humain et d’une préparation pour nourrissons, étude pré-clinique chez le modèle mini-porcelet

(1) , (1) , (1) , (2) , (3) , (1) , (2) , (1)
1
2
3

Abstract

Introduction et but de l’étude La formulation des préparations pour nourrissons (PPN) est très réglementée et doit mimer au mieux l’aminogramme du lait humain (LH), premier élément essentiel de la qualité nutritionnelle des protéines. Peu d’études in vivo se sont intéressées à la digestibilité des acides aminés (AA) du LH et des PPNs, permettant d’estimer leur biodisponibilité, autre indicateur important de la qualité nutritionnelle des protéines. L’objectif de cette étude était de mesurer la digestibilité iléale vraie (DIV) des protéines du LH et d’une PPN, afin de calculer leur DIAAS (Digestible Indispensable Amino Acid Score ; FAO, 2013). Un modèle mini-porcelet a été utilisé comme modèle du nourrisson. Matériel et Méthodes Des porcelets âgés de 19 jours ont reçu pendant 6 jours du LH (n=7) ou une PPN (n=9). Un troisième groupe de porcelets a reçu un régime sans protéines (n=6), permettant d’évaluer les pertes en protéines endogènes. Les trois régimes contenaient du Cobalt-EDTA comme marqueur de transit. Le dernier jour, les repas ont été distribués toutes les heures pendant six heures avant sacrifice des animaux et récupération des contenus iléaux pour mesurer la digestibilité vraie de l’azote total et des AA. Le DIAAS a été calculé à partir des digestibilités et des teneurs en AA des aliments au regard du profil de référence, correspondant au profil en AA du LH (FAO, 2007). Des hydrolyses de durées multiples (0 à 120 h) des échantillons ont été réalisées afin d’évaluer les pertes en AA au cours de cette étape et corriger les valeurs classiquement obtenues à 24 h d’hydrolyse acide ou 16 h d’hydrolyse basique pour le tryptophane. Une ANOVA multifactorielle a permis l’analyse et la comparaison des données. Résultats et Analyses statistiques Les hydrolyses multiples ont permis de corriger les teneurs en AA des aliments et des digestas, en particulier pour la tyrosine et la valine (+10% de la valeur mesurée à 24 h d’hydrolyse). Les profils en AA du LH étaient en accord avec la méta-analyse de Zhang et al. (2003). La DIV de l’azote aminé n’était pas significativement différente (LM : 96,7 ± 1,0 % et PPN : 98,0 ± 0,7 for IF, p > 0,05) tandis que la DIV de l’azote total était significativement plus faible pour le LH (91,3 ± 1,2 %) que pour la PPN (98,0 ± 0,9 %). Cette différence s’expliquait par la plus forte proportion d’azote non protéique dans le LH (LH : 31,0 ± 0,7 % et PPN :4,4 ± 0,2 % de l’azote total), partiellement non digestible et non-absorbable. Quelques AA présentaient des différences de digestibilité. Ainsi, la lysine était significativement plus digestible dans le LH que dans la PPN (98,4 ± 0,7 % vs. 96,0 ± 0,5 %), probablement lié à l’absence de glycation des protéines (réaction de Maillard) dans le LH. A l’inverse, les DIVs de la phénylalanine, la thréonine, la valine, l’alanine, la proline et la sérine, étaient significativement légèrement plus faibles dans le LH que dans la PPN (-2,6 à -7,3 points). La DIV moyenne du tryptophane était proche entre le LH et la PPN (96,8 ± 0,5 %, p = 0,079). Le DIAAS était plus élevé pour le LH que pour la PPN (+10%) et était, pour les deux aliments, liés à une teneur en AA aromatiques (phénylalanine + tyrosine) plus basse que celle du profil de référence. Conclusion Cette étude a démontré que le LH, comparé à la PPN, avait une DIV plus faible uniquement pour l’azote total et non pas pour l’azote aminé. Ceci suggère qu’une fraction d’azote non protéique du LH est sous forme non digestible et non absorbable, tel que l’urée, et est donc transférée vers le colon. Cette fraction azotée, bien que peu considérée dans la formulation des PPNs, peut cependant avoir un rôle sur la composition du microbiote. Par ailleurs, la digestibilité plus élevée de la lysine dans le LH que la PPN, est certainement dû à l’absence de réaction de Maillard dans le LH contrairement aux PPNs, qui reçoivent de nombreux traitements thermiques
Fichier principal
Vignette du fichier
image.jpg (1.7 Ko) Télécharger le fichier
Vignette du fichier
image (1).png (1.24 Ko) Télécharger le fichier
Vignette du fichier
image (2).png (1.24 Ko) Télécharger le fichier
Vignette du fichier
image (3).png (1.24 Ko) Télécharger le fichier
Vignette du fichier
image (4).png (1.02 Ko) Télécharger le fichier
Vignette du fichier
image (5).png (1.02 Ko) Télécharger le fichier
Vignette du fichier
image (6).png (1.02 Ko) Télécharger le fichier
Vignette du fichier
PO11_223_charton Elise, poster JFN.pptx (7.34 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03864937 , version 1 (22-11-2022)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives - CC BY 4.0

Identifiers

  • HAL Id : hal-03864937 , version 1

Cite

Elise Charton, Henry Gwenaëlle, Yann Le-Gouar, Armelle Cahu, Amandine Bellanger, et al.. Qualité nutritionnelle des protéines du lait humain et d’une préparation pour nourrissons, étude pré-clinique chez le modèle mini-porcelet. Journées francophones de Nutrition 2022, Société Francophone Nutrition Clinique et Métabolisme (SFNCM) et la Société Française de Nutrition (SFN), en collaboration avec les principaux représentants de la discipline, Nov 2022, Toulouse, France. ⟨hal-03864937⟩
0 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More