Capillarite purpurique granulomateuse : une forme histologique rare - INRAE - Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement Access content directly
Journal Articles Annales de Dermatologie et de Vénéréologie - FMC Year : 2022

Capillarite purpurique granulomateuse : une forme histologique rare

Abstract

Introduction Les capillarites purpuriques forment un groupe hétérogène de purpura chronique et bénin. Cliniquement, le purpura est maculeux pétéchial, associé à une pigmentation ocre persistante. La forme granulomateuse est rare et mal connue. Nous rapportons le cas d’une patiente présentant un purpura chronique des jambes qui révèle une capillarite purpurique dans une forme granulomateuse. Observations Une patiente de 35 ans avait des lésions purpuriques évoluant depuis plus de dix ans. On ne trouvait pas de facteur déclenchant. Elle avait comme antécédent une tuberculose latente traitée en 2011. Les lésions s’étaient étendues au cours de sa dernière grossesse en 2015. Elles étaient sensibles à la palpation mais asymptomatiques par ailleurs. L’examen clinique montrait de multiples macules violacées de 2–3 mm exclusivement à la face postérieure de la cuisse droite. L’aspect en dermoscopie était celui de taches brunes et de globules sur un fond cuivré. La patiente avait eu 3 biopsies cutanées entre 2017 et 2021. Les analyses histologiques décrivaient un infiltrat et granulomateux très polymorphe comprenant des histiocytes, des lymphocytes, des plasmocytes et de nombreux dépôts d’hémosidérine. Les colorations PAS, Ziehl et Grocott étaient négatives. Les prélèvements mycologiques et bactériologiques étaient négatifs. Un bilan de sarcoïdose était effectué. La TDM thoracique était normale de même que les EFR. Le bilan ophtalmologique ne révélait aucune anomalie. L’enzyme de conversion de l’angiotensine, la CRP et la calcémie étaient normales. Les diagnostics de sarcoïdose, histiocytose ou d’infection n’ont pas été retenus. Finalement, après relecture histologique le diagnostic de capillarite purpurique dans une forme granulomateuse a été posé. Discussion La capillarite purpurique granulomateuse a été décrite en 1996. Depuis, une trentaine de cas ont été publiés. Il existe une prédominance féminine. L’âge moyen est de 51 ans (9 à 75 ans). La capillarite purpurique granulomateuse se présente comme un purpura chronique pétéchial prédominant sur les membres inférieurs. Les diagnostics différentiels histologiques sont la tuberculose, les infections à mycobactéries atypiques et les autres causes de granulomes comme la sarcoïdose, la maladie de Crohn, les réactions médicamenteuses ou le mycosis fongoïde, mais les dépôts d’hémosidérine sont présents uniquement dans cette entité. L’étiologie est inconnue. Une dyslipidémie est souvent associée. Les capillarites purpuriques sont bénignes. Un traitement par dermocorticoïde peut être en proposé. D’autres options sont possibles telles le tacrolimus topique ou la photothérapie.
No file

Dates and versions

hal-04081254 , version 1 (25-04-2023)

Identifiers

Cite

A. Anelli, S. Le Naour, E.L. Juliette, H. Aubert, B. Cribier, et al.. Capillarite purpurique granulomateuse : une forme histologique rare. Annales de Dermatologie et de Vénéréologie - FMC, 2022, 2 (8), pp.A244. ⟨10.1016/j.fander.2022.10.061⟩. ⟨hal-04081254⟩
22 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More