Les ressources génétiques utilisées par l'agriculture constituent -elles un bien public ? - INRAE - Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement Access content directly
Journal Articles Innovations Agronomiques Year : 2013

Are Genetic Resources for Food and Agriculture public goods ?

Les ressources génétiques utilisées par l'agriculture constituent -elles un bien public ?

Abstract

Agricultural use of biodiversity relies on quite a limited number of species and on the concept of genetic resources (GR). Their status depends on the type of GR, the way they are conserved (in situ or ex situ) or by whom they are managed. Access to plant genetic resources for food and agriculture is regulated by two main international agreements; the Convention on Biological Diversity (Rio, 1992) and the International Treaty on Plant Genetic Resources for Food and Agriculture (IT-PGRFA, 2001). The CBD recognizes the sovereign rights of states over their biological resources and lays down the principle that the authority to determine concrete arrangements and mechanisms for granting access to GR and ensuring the sharing of benefits arising from their use rests with the national government concerned, and is subject to national legislation. By contrast, the ITPGRFA ensures a facilitated access to genetic resources through multilaterally agreed conditions of access and benefit sharing. This treaty only deals with a limited number of PGRFA that are under the control and management of states and international organisation such as the International Centers for Agronomic Research. Finally, discussions are currently going on under the Commission on Genetic Resources for Food and Agriculture to cover all GRFA in the three different kingdoms (animal, vegetal and microbial).
L’usage agricole d’une partie de la biodiversité (agrobiodiversité) repose sur une fraction limitée d’espèces végétales et sur le concept de Ressources génétiques (RG). Leur statut (bien public national ou global vs bien privé ou commun) dépend des catégories de RG considérées, de leur conservation (ex situ ou in situ) et des acteurs gestionnaires. Aujourd'hui, l’accès aux RG végétales est régi par deux accords internationaux : la Convention sur la Diversité Biologique (Rio, 1992) et le Traité International (FAO, 2001). La CDB place la biodiversité sous la souveraineté des Etats qui ont autorité sur le droit applicable aux RG du pays détenues par différents acteurs et un régime d’accès contractuel à la ressource et de partage des avantages (APA). Par contre, le Traité International assure l’accès facilité, sans exclusion, aux RG des pays signataires, par le biais d’un contrat multilatéral commun de transfert de matériel. Ce Traité ne concerne qu’une part limitée de l’agrobiodiversité du domaine public des Etats et de centres internationaux tels que les Centres Internationaux en Recherche Agronomique (CIRA) et contribue à la reconnaissance de ces RG comme biens publics globaux. Enfin, des discussions sur l’ensemble des RGA dans les trois règnes (animal, végétal et microbien) sont en cours, en ce moment, sous l’égide de la Commission sur les RGA de la FAO.
Fichier principal
Vignette du fichier
2013_Louafi_Innovations Agronomiques.pdf (396.48 Ko) Télécharger le fichier
Origin Publisher files allowed on an open archive
Licence

Dates and versions

hal-04534550 , version 1 (05-04-2024)

Licence

Identifiers

Cite

Sélim Louafi, André Charrier. Les ressources génétiques utilisées par l'agriculture constituent -elles un bien public ?. Innovations Agronomiques, 2013, 29, pp.113-123. ⟨10.17180/c4tr-nf15⟩. ⟨hal-04534550⟩
20 View
6 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More