Skip to Main content Skip to Navigation
Theses

Etude de la variabilité génétique de la sensibilité à la pourriture brune au cours du développement du fruit chez la pêche en lien avec l'évolution des caractéristiques biochimiques du fruit

Résumé : La pourriture brune des fruits (BR), causée par les champignons du genre Monilinia, est une maladie courante qui peut provoquer jusqu’à 30 à 40% de pertes de récolte chez la pêche. Actuellement, toutes les pêches cultivées sont plus ou moins sensibles à la moniliose. Aucune alternative aux traitements chimiques n’est disponible à ce jour, ce qui rend nécessaire les applications de fongicides jusqu'au stade pré-récolte. Ces applications sont préjudiciables pour l'environnement et peuvent laisser des résidus sur les fruits. Nous avons réalisé une revue de la littérature pour compiler les connaissances disponibles sur le couple pêcher-monilioses. Le but de cette étude est d'étudier les facteurs de résistance du fruit à M. laxa à différents stades de croissance des fruits chez la pêche et de déterminer leur contrôle génétique par l'étude de génotypes contrastés et d’une descendance interspécifique. Nous avons tout d’abord focalisé notre étude sur quelques cultivars pour étudier l'évolution de la sensibilité des fruits à M. laxa au cours de leur développement en relation avec les caractéristiques structurales et biochimiques des fruits, par exemple la conductance cuticulaire du fruit, les micro-fissures de l’épiderme et des composés de surface des fruits. Certains composés ont été détectés pour la première fois chez la pêche. Les résultats ont confirmé que lors de la phase I les fruits immatures sont sensibles à la moniliose. La conductance cuticulaire des fruits était élevée probablement parce que la densité de stomates est forte et la cuticule en formation est mince. En revanche, au stade de durcissement du noyau, les fruits étaient résistants. A ce stade la conductance cuticulaire était faible et les niveaux de composés de surface présentaient un pic de teneurs. A l’approche de la maturité, les fruits sont devenus sensibles de nouveau. Avec le développement rapide du fruit au cours de cette étape, les composés de surface ont été dilués et des micro-fissures sont sans doute apparues entrainant une augmentation de la conductance cuticulaire. Au stade I, nous avons exploré les différentes caractéristiques physiques du fruit immature en relation avec la sensibilité à M. laxa. Une centaine de génotypes d'une descendance interspécifique de pêchers appelée BC2 a été caractérisée par une infection au laboratoire, un suivi de pertes transpiratoires des fruits et une estimation de la densité de stomates (uniquement pour les nectarines). Des symptômes inattendus (une ‘tache claire’ qui ne progresse pas) ont été observés. La conductance cuticulaire était significativement liée à la probabilité d'infection, par contre le nombre de stomates n’a montré aucun effet sur la probabilité d'infection. Des QTL contrôlant la résistance des fruits à la moniliose, à la conductance cuticulaire et au nombre de stomates ont été identifiés et des co-localisations observées. A la maturité, nous avons étudié le contrôle génétique de la résistance à la moniliose conjointement avec des composés biochimiques de l'épiderme des fruits. Pendant trois ans, les fruits de la descendance BC2 ont été infectés avec deux modalités d'infection artificielle avec une suspension de spores de champignon: une pulvérisation au verger pour mesurer la probabilité d'infection et un dépôt d’une goutte dans des conditions contrôlées en laboratoire afin d’estimer le délai d’apparition des symptômes, la progression de la lésion et la vitesse de progression de la lésion. La descendance de BC2 a affiché une forte variabilité de résistance à la moniliose. Malgré une faible stabilité entre les années, des génotypes à haut niveau de résistance ont été identifiés. De plus en 2015, nous avons exploré la variation des composés de l'épiderme des fruits au sein de la descendance de BC2. Les composés phénoliques, les terpènes et dérivés ont été quantifiés par HPLC. La relation entre la résistance à la moniliose et la présence et / ou les niveaux de certains composés de l'épiderme et le contrôle génétique de ces composés ont été étudiés. La moniliose des fruits de pêche est un problème complexe qui est encore loin d'être résolu. Des progrès ont été accomplis dans la connaissance des caractéristiques structurales et biochimiques impliquées dans la résistance et des régions du génome qui pourraient conférer une certaine tolérance à la maladie ont été détectées. Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour développer des marqueurs moléculaires pour la sélection assistée par marqueurs. Les résultats obtenus suggèrent que des solutions pour l'avenir résident dans l’association de cultivars tolérants _ moins sensibles aux micro-fissures et à haute teneur en composés épidermiques potentiellement inhibiteurs du développement du champignon _ avec des pratiques culturales réduisant les risques de fissuration des fruits et d'apparition de conditions climatiques favorables à la propagation de la moniliose.
Keywords : these
Document type :
Theses
Complete list of metadata

https://hal.inrae.fr/tel-02796616
Contributor : Migration Prodinra <>
Submitted on : Friday, June 5, 2020 - 1:53:24 PM
Last modification on : Thursday, December 3, 2020 - 4:46:04 PM

Identifiers

  • HAL Id : tel-02796616, version 1
  • PRODINRA : 383413

Collections

Citation

Leandro de Oliveira-Lino. Etude de la variabilité génétique de la sensibilité à la pourriture brune au cours du développement du fruit chez la pêche en lien avec l'évolution des caractéristiques biochimiques du fruit. Sciences du Vivant [q-bio]. Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse, 2016. Français. ⟨tel-02796616⟩

Share

Metrics

Record views

99