Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Thèse

Etude de la primo-infection à Pneumocystis carinii chez le lapin (Oryctolagus cuniculus) : développement parasitaire et transmission

Résumé : La pneumocystose est l'une des infections opportunistes les plus fréquentes et la plus grave en absence de traitement chez les patients infectés par le virus d'immunodéficience humaine. Malgré les importantes recherches réalisées depuis ces dernières années sur P. carinii, le cycle biologique, le mode de transmission et les mécanismes pathologiques de la pneumocystose restent mal connus. Nous avons entrepris des recherches sur la primo-infection par P. carinii dans le but d’étudier l'épidémiologie et l'évolution du parasitisme après cette primo-infection. Le développement parasitaire a été étudié chez des lapereaux spontanément infectés par ce parasite et chez des lapereaux indemnes de P. carinii expérimentalement infectés à l’âge de 30 jours environ. Notre étude sur le développement du parasitisme a révélé la présence de P. carinii chez les lapereaux dès la naissance. Jusqu’à l’âge de 20 jours cette pneumocystose spontanée évolue très lentement. Après cet âge correspondant au sevrage naturel des lapereaux, les pneumocystoses spontanées et induites évoluent de manière aiguë en quelques jours et régressent tout aussi rapidement. L'infection expérimentale de lapins de 30 jours indemnes de P. carinii a permis de définir une période pré-patente de cinq jours et un pic parasitaire entre 10 et 20 jours après inoculation. Cette charge parasitaire maximale correspondrait à la période la plus contagieuse des lapereaux pour leurs congénères. Nos études ont clairement montré que les modifications du surfactant alvéolaire suivent le développement parasitaire. Cette dernière analyse a pu souligner une diminution rapide des phospholipides totaux juste après l'infection expérimentale et une augmentation lente des protéines et de certains phospholipides pouvant être corrélée à une réaction inflammatoire plus tardive. Notre étude épidémiologique a permis d'identifier l'existence d'une biodiversité importante de P. carinii sp.f oryctolagi pour les gènes codant pour la grande sous-unité de l'ARNr mitochondrial. Cette importante diversité a été également établie grâce à l'étude comparative des temps de doublement de différentes souches du parasite. Les lapins contaminés expérimentalement deviennent fortement contagieux par contact pour leurs congénères pendant la période patente de l'infection (8-18 jours après l’infection). En revanche, l'éloignement la rend plus difficile. Une autre étude a montré que la transmission transplacentaire de P. carinii constitue une voie supplémentaire de passage du parasite. Le lapin est un animal particulièrement sensible à l'infection de P. carinii et constitue un modèle de prédilection pour caractériser les formes infectantes et apprécier la diversité de P. carinii dans l'environnement.
Mots-clés : these
Type de document :
Thèse
Liste complète des métadonnées

https://hal.inrae.fr/tel-02842296
Déposant : Migration Prodinra <>
Soumis le : dimanche 7 juin 2020 - 15:35:37
Dernière modification le : jeudi 16 juillet 2020 - 16:36:06

Identifiants

  • HAL Id : tel-02842296, version 1
  • PRODINRA : 139098

Collections

Citation

Nicolas Ceré. Etude de la primo-infection à Pneumocystis carinii chez le lapin (Oryctolagus cuniculus) : développement parasitaire et transmission. Sciences du Vivant [q-bio]. Université François Rabelais (Tours), 1998. Français. ⟨tel-02842296⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

2