Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Communication dans un congrès

Intensification des prélèvements de biomasse et préservation de la biodiversité forestière

Résumé : Après avoir rapidement présenté l'originalité de la biodiversité comme objet écologique pour les sciences forestières, l'état et les principaux enjeux de la biodiversité forestière, nous nous interrogerons sur la vulnérabilité de la biodiversité forestière dans la perspective d'une intensification des prélèvements de biomasse ligneuse en forêt. Même si certains n'ont pas de rapport direct avec une valorisation énergétique du bois, les principaux moteurs de l'intensification de la sylviculture sont les suivants : -augmentation des exploitations (mobilisation accrue des bois dans des formations forestières peu exploitées au cours des dernières décennies, dynamisation des éclaircies), -augmentation des récoltes (gros bois, arbre-entier, rémanents, souches), -modification des pratiques de récolte (mécanisation), -raccourcissement des cycles, -développement du réseau de desserte. Les changements majeurs d'habitat forestier associés à l'intensification des prélèvements de biomasse seraient : -moins de vieux peuplements, de gros et vieux arbres, et de surfaces forestières peu ou pas exploitées depuis des décennies, -moins de bois mort ? -une augmentation de la surface totale des coupes, -des habitats plus fragmentés en raison, notamment, de dessertes et de coupes plus denses, -des conditions de sol et une ambiance forestière dégradées, -davantage de dérangement de la faune, -une augmentation des cultures dédiées. La réponse de plusieurs segments de la biodiversité spécifique à ces différentes caractéristiques de l'intensification est examinée. A titre d'exemple, l'augmentation, dans un contexte de valorisation du bois énergie, de la récolte de bois auparavant peu valorisé (produits d'éclaircie, autres pièces non marchandes, souches, houppiers et arbres entiers) pourrait modifier le profil de bois mort des forêts, et affecter notamment la fraction des petits diamètres et du bois mort ensoleillé au détriment des espèces saproxyliques. Il sera toutefois pertinent de faire l'assemblage des impacts locaux à l'échelle d'une mosaïque territoriale, pour établir par exemple le bilan global de l'accroissement des surfaces de coupe (avec leurs rémanents) et de la proportion de récolte locale. Un autre exemple repose sur la réponse de faune et flore du sol aux modifications d'humidité, de pH, de quantité de biomasse, de rapport C/N suite à l'enlèvement des rémanents, au tassement et à la mise en lumière liés à une exportation accrue. L'importance de contextualiser les prédictions, en fonction de l'histoire des forêts et du type de station, est mise en exergue. Dans le cas particulier des filières spécialisées (cultures dédiées : futaies à courte révolution et taillis à courte ou très courte rotation), l'effet sur la biodiversité est examiné localement en fonction de leur substitution à des forêts « naturelles » ou à des cultures agricoles, et pour leur éventuel rôle de corridor, tampon voire habitat de substitution entre les fragments de forêt « naturelle ». Les conséquences potentiellement favorables d'une intensification des systèmes de production pour certains compartiments de la biodiversité sont également explorées. L'accent est finalement porté sur le besoin de recherches et de suivis de gestion nécessaires pour améliorer le niveau de connaissance sur les impacts d'une gestion forestière dynamisée.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal.inrae.fr/hal-02591899
Déposant : Migration Irstea Publications <>
Soumis le : vendredi 15 mai 2020 - 15:36:02
Dernière modification le : vendredi 16 octobre 2020 - 09:36:02

Identifiants

  • HAL Id : hal-02591899, version 1
  • IRSTEA : PUB00026380

Collections

Citation

Christophe Bouget, F. Gosselin, Marion Gosselin, Hervé Jactel. Intensification des prélèvements de biomasse et préservation de la biodiversité forestière. Ateliers REGEFOR La forêt face aux défis énergétiques, Jun 2009, Champenoux, France. pp.22. ⟨hal-02591899⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

24