Skip to Main content Skip to Navigation
Poster communications

La méthode PICT appliquée aux milieux urbains : développement méthodologique d'un test de toxicité aigue sur bioflms périphytiques prélevés en milieu urbain

Résumé : Les milieux urbains sont aujourd'hui contaminés par des micropolluants d'origines diverses (eaux usées urbaines et industrielles, eaux de ruissellement) et de types variés (métaux, hydrophobes, résidus médicamenteux, etc). Les conséquences de ce type de contaminations, faibles, multiples et chroniques, sont difficiles à évaluer du fait de la multiplicité des facteurs de perturbation, de l'adaptation des écosystèmes exposés et des durées nécessaires à l'observation des effets chroniques. Dans ce contexte, l'acquisition de tolérance à l'échelle de la communauté via la sélection d'espèces résistantes constitue une réponse biologique intéressante à une contamination chimique chronique et non létale. En particulier, la méthode PICT (Pollution Induced Community Tolerance), qui permet d'établir un lien entre une exposition à un agent toxique et ses effets sur une communauté exposée, est un outil intéressant. Elle permet, notamment par le biais de tests de toxicité aigüe, de mesurer un accroissement global de la tolérance à un toxique d'une communauté exposée à ce toxique. L'étude vise à développer des protocoles d'utilisation de la méthode PICT sur biofilms périphytiques prélevés en milieu urbain et exposés in situ. Nous avons choisi de développer des tests de toxicité aigüe sans utilisation de produits radioactifs mais reposant sur des mesures d'activité enzymatique bactérienne et mesures d'activité photosynthétique (méthode light and dark bottle). Le profil génétique des communautés sera analysé par ARISA. Les biofilms sont prélevés sur des membranes plastiques déposées dans la Seine (Andrésy) et dans la Marne (Saint-Maurice) après des durées de colonisation supérieures à 15 jours. Ils sont mis en suspension dans de l'eau minérale par grattage des membranes et caractérisés par des mesures de MES, MVS, concentration en chlorophylle a, et ratio C/N. L'adaptation de la mesure d'activité β-glucosidase en test de toxicité a permis de mettre en évidence une inhibition de celle-ci en présence de métal et d'estimer une EC50 (concentration induisant 50 % d'inhibition de l'activité) pour Cd, Cu, Ni, Pb et Zn. Les premiers résultats permettent aussi d'estimer une EC50 pour Cd et Cu sur l'activité photosynthétique. Les EC50 varient suivant l'âge du biofilm, la durée et la saison de colonisation in situ. Nous proposons une mesure de EC50 normalisée par la valeur de MES correspondante, indice de sensibilité du biofilm plus fiable qu'une simple EC50 car indépendant de paramètres choisis par l'expérimentateur. La méthodologie développée permettra d'utiliser la méthode PICT par comparaison des niveaux de tolérances de communautés prélevées dans des sites plus ou moins contaminés.
Keywords : BIOFILM HETEROTROPHES
Document type :
Poster communications
Complete list of metadata

https://hal.inrae.fr/hal-02595197
Contributor : Migration Irstea Publications Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Friday, May 15, 2020 - 7:44:12 PM
Last modification on : Monday, May 18, 2020 - 2:42:40 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02595197, version 1
  • IRSTEA : PUB00032120

Collections

Citation

L.C. Fechner, M.H. Tusseau-Vuillemin, F. Lucas. La méthode PICT appliquée aux milieux urbains : développement méthodologique d'un test de toxicité aigue sur bioflms périphytiques prélevés en milieu urbain. Troisièmes journées thématiques du Réseau National Biofilm, Jun 2008, Dourdan, France. pp.1, 2008. ⟨hal-02595197⟩

Share

Metrics

Record views

22