Rapport d’activité du suivi scientifique des plans d’eau de Carcans-Hourtin, Lacanau, Cazaux-Sanguinet et Parentis-Biscarrosse : année 2013 - INRAE - Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement Access content directly
Reports Year : 2014

Rapport d’activité du suivi scientifique des plans d’eau de Carcans-Hourtin, Lacanau, Cazaux-Sanguinet et Parentis-Biscarrosse : année 2013

Abstract

Le suivi annuel des plans d’eau de Carcans-Hourtin, de Lacanau, de Cazaux-Sanguinet et de Parentis-Biscarrosse permet de surveiller la qualité physico-chimique de l’eau et de suivre la communauté phytoplanctonique. Il permet ainsi de comparer les évolutions des communautés de phytoplancton avec la physico-chimie de la pleine eau et des sédiments en tenant compte des usages de ces masses d’eau. Par ce suivi les évolutions de leur état trophique et écologique peuvent être analysées. Ainsi, en 2013, les teneurs en nutriments de la zone euphotique sont extrêmement variables d’un lac à l’autre. Les lacs de Carcans-Hourtin et Lacanau possèdent des teneurs en nitrate plus importantes que les deux autres plans d’eau. Ils possèdent les plus fortes teneurs en azote ammoniacal, qui est la ressource azotée la plus facilement utilisable par les algues. Les deux autres lacs semblent légèrement plus préservés notamment celui de Cazaux-Sanguinet. Cependant, dans les prélèvements de fond, ces deux lacs possèdent des concentrations significatives en ammonium, en particulier en été et en automne. Les orthophosphates, principal facteur limitant le développement des algues, sont très peu présents dans la zone euphotique pour tous les lacs. Cela traduit l’existence d’une consommation active et constante par les producteurs primaires. Dans les prélèvements de fond, des augmentations sont constatées au cours de l’année, surtout sur le lac de Parentis-Biscarrosse. Les concentrations en phosphore total sont relativement élevées pour les lacs de Carcans-Hourtin, Lacanau et Parentis-Biscarrosse avec des moyennes annuelles supérieures à 0,053 mg/l et des pics atteignant ou dépassant 0,20 mg/l. Ces concentrations relativement élevées, notamment pour Carcans-Hourtin qui est un lac de référence, sont plutôt inquiétantes. Les valeurs des pigments chlorophylliens se maintiennent dans l’ensemble à un niveau faible avec des valeurs maximales ne dépassant pas 15 μg/l de chlorophylle a et 2 μg/l de phéopigments (maxima observés sur le lac de Parentis-Biscarrosse). Cependant, il faut noter que les lacs situés en amont (les lacs de Carcans-Hourtin et de Cazaux-Sanguinet) semblent moins productifs que les deux autres lacs avec des concentrations inférieures à 6,5 µg/l. Les biomasses phytoplanctoniques sont relativement similaires sur les lacs de Carcans-Hourtin et de Cazaux-Sanguinet avec des valeurs comprises entre 0 et 1 500 µg/l. Par contre les deux autres lacs présentent des biomasses bien plus élevées atteignant près de 6 000 µg/l sur le lac de Lacanau. Le lac de Carcans-Hourtin possède la communauté la plus variable avec une dominance par les cyanobactéries (non potentiellement toxiques) et les algues vertes. Sur le lac de Lacanau, les diatomées et les algues vertes dominent surtout à partir de l’été. Cazaux-Sanguinet possède clairement une dominance des dinophycées et des diatomées. Enfin, le lac de Parentis-Biscarrosse possède également beaucoup d’espèces de diatomées, d’algues vertes et de cyanobactéries. La mise en évidence de microcystines, même si en très faibles concentrations (très inférieures à 0,5 µg/l), a eu lieu majoritairement sur le lac de Parentis-Biscarrosse. Le développement d’espèces du genre Microcystis, qui est le principal taxon présent susceptible de produire des toxines, explique ce phénomène. Ces toxines n’atteignent donc pas un niveau préoccupant vis-à-vis des risques sanitaires. Le suivi des concentrations des microcystines, effectué tout au long de l’année 2013, indique que les eaux des lacs, selon ce paramètre, se maintiennent dans la catégorie des eaux de très bonnes qualités. À partir des campagnes réalisées tout au long de l’année 2013 sur ces quatre lacs aquitains, l’état trophique a pu être déterminé et comparé aux anciennes études. Il en ressort que les lacs de Carcans-Hourtin, de Lacanau et de Parentis-Biscarrosse présentent un état méso-eutrophe et que le lac de Cazaux-Sanguinet possède un état oligo-mésotrophe, confirmant qu’il s’agit du lac le plus préservé.
No file

Dates and versions

hal-02600763 , version 1 (16-05-2020)

Identifiers

Cite

Christophe Laplace-Treyture, Emilie Prévost. Rapport d’activité du suivi scientifique des plans d’eau de Carcans-Hourtin, Lacanau, Cazaux-Sanguinet et Parentis-Biscarrosse : année 2013. irstea. 2014, pp.104. ⟨hal-02600763⟩
30 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More