Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Présentation de la démarche d'élaboration de l'Indice Diatomique Nouvelle-Calédonie (IDNC) à l'aide du programme TITAN

Résumé : La Nouvelle-Calédonie est un archipel français ultramarin du Pacifique Sud-Ouest dont l'île principale s'étire sur environ 450 km de long pour 40 à 50 km de large (soit environ deux fois la Corse). Elle est considérée comme un «hot-spot» de biodiversité en raison de l'endémisme exceptionnel de sa faune et de sa flore et des menaces qu'implique l'exploitation de ses gisements de nickel. La gestion de l'environnement est donc un axe majeur de la vie politique locale dont la préservation de la ressource en eau est essentielle. La Nouvelle Calédonie a un statut juridique sui generis qui ne la soumet pas à la réglementation européenne, néanmoins, ses propres dispositions règlementaires quant à la stratégie adoptée concernant la qualité des masses d'eaux s'inspire largement de la Directive Cadre sur l'Eau. Cette dernière prévoit notamment que des compartiments biologiques-clés pertinents, prédéfinis par grand type de masse d'eau contribuent au diagnostic de l'état écologique. A cet effet, une étude sur la mise en place d'un nouvel indice de bioévaluation des rivières de Nouvelle-Calédonie à l'aide des diatomées benthiques a été initiée fin 2012. Tout d'abord, une démarche statistique exploratoire classique (analyses multivariées, analyses des correspondances…) a permis d'appréhender la nature et l'intensité des liaisons du jeu de données des paramètres abiotiques (valeurs de physico-chimie) et biotiques (dénombrement des taxons) représentatifs et propres au contexte local. Cela permet une première évaluation de la diversité et de la structure des communautés diatomiques et de déterminer les principaux facteurs environnementaux et spatiaux régissant ces peuplements au sein des écosystèmes calédoniens. Dans un second temps, une approche innovante a été employée à l'aide du programme TITAN (Threshold Indicator Taxa ANalysis), permettant la détection de seuils écologiques d'augmentation ou de diminution d'abondance et de fréquence de taxons sur un unique gradient d'impacts anthropogéniques prédéfinis. Pour détecter ces points de changement (ou seuils), TITAN utilise la mesure de dissimilarité multivariée entre paires d'échantillons et obtient une partition optimale en maximisant la dissimilarité inter-groupe par rapport à la dissimilarité intra-groupe, sur la base d'un calcul réalisé à l'aide d'une métrique de distance écologique sélectionnée par l'utilisateur. L'IndVal le plus élevé obtenu (celui qui est au-dessus ou en dessous du seuil) est sélectionné pour chaque taxon, puis pour l'ensemble des IndVal cumulés de la communauté et lui détermine alors un seuil propre, ce qui rend la méthode sensible aux taxons rares ou dont l'abondance est très variable. Une expertise a été nécessaire pour compléter la liste des taxons d'alerte obtenus selon les paramètres étudiés. Cette méthode a permis le développement d'un indice phytocénotique en milieu minier, évaluant des réponses spécifiques à des pollutions métalliques diverses en milieu naturel.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadata

https://hal.inrae.fr/hal-02606897
Contributor : Migration Irstea Publications <>
Submitted on : Saturday, May 16, 2020 - 1:14:10 PM
Last modification on : Thursday, June 3, 2021 - 5:34:03 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02606897, version 1
  • IRSTEA : PUB00056203

Citation

J. Marquié, Sébastien Boutry, François Delmas, Michel Coste, E. Lefrançois. Présentation de la démarche d'élaboration de l'Indice Diatomique Nouvelle-Calédonie (IDNC) à l'aide du programme TITAN. 36ème Colloque de l'ADLaF, Sep 2017, Dijon, France. pp.13. ⟨hal-02606897⟩

Share

Metrics

Record views

17