Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Pollution de l’air ambiant et santé des nouveau-nés à la naissance

Résumé : L’homme est continuellement et insidieusement confronté à la pollution atmosphérique, ce dont on ne prend conscience que lorsque les seuils d’alertes réglementaires sont dépassés (pics de pollution), seuils ne constituant en aucun cas une limite en deçà de laquelle on n’observerait aucun effet sanitaire. Une nouvelle publication de l’OMS* montre que près de 7 millions de personnes sont décédées en 2012 dans le monde du fait d’une exposition à de l’air pollué, air intérieur et/ou extérieur (1). Il est aujourd’hui reconnu que la pollution de l’air peut causer des maladies respiratoires et cardiovasculaires (2). Dans les grandes villes, la toxicité liée aux gaz d'échappement de moteurs diesel est particulièrement pointée du doigt. Ces gaz d’échappement contiennent des fractions volatiles, semi volatiles et des particules en suspension (notées « PM » en anglais pour « Particulate matter ») ou poussières inhalables dont la composition chimique peut être très nocive pour la santé. La toxicité des plus fines, les PM 2.5 augmente quand leur taille diminue, puisqu’elles peuvent pénétrer le système respiratoire jusqu’aux alvéoles, créant alors une réaction inflammatoire systémique, mais aussi peuvent être acheminées vers d’autres organes, dont le placenta, où elles entraînent des réactions immuno-inflammatoires et un stress oxydatif. Plusieurs études épidémiologiques ont suggéré que la période gestationnelle était particulièrement vulnérable à la pollution atmosphérique en mettant en évidence des corrélations avec le retard de croissance intra-utérine (3). Le retard de croissance fœtale est connu pour avoir des répercussions sur la santé future des individus, incluant une augmentation de la morbimortalité durant l’enfance et un risque accru de maladies cardio-métaboliques à l’âge adulte (4). S’inscrivant dans le concept des origines développementales de la santé et des maladies (DOHaD*), la pollution de l’air a également été proposée en tant que nouveau paradigme des pathologies métaboliques (5). En effet, la génétique, la nutrition et la sédentarité ne permettent pas d’expliquer complètement l’augmentation de l’incidence d’obésité et de diabète dans le monde. Les publications sélectionnées sont pertinentes sur la période en ce qui concerne l’étude de l’effet d’une exposition indirecte des fœtus à la pollution de l’air, via leur mère au cours de leur grossesse, sur le poids de naissance des enfants et, en perspective, leur santé à long terme. Pour l’étude de Rich et al. (2015), mon choix a reposé sur le fait que leur étude constitue une expérience unique dans un pays, la Chine, qui bat régulièrement des records de pollution. En effet cette étude permet de démontrer l’impact de la pollution sur la santé, puisqu’une amélioration de la qualité de l’air pendant l’été 2008 a eu des répercussions positives en termes de santé publique (chez les nouveau-nés). Il a été possible de les mettre en évidence en comparant ce qui s’est passé pour les grossesses du même stade et à la même période de l’année, un an avant (2007) et un an après les JO (2009). La pollution de l’air affecte également bon nombre de villes européennes qui affichent de plus en plus régulièrement une concentration élevée de particules fines, même si cela est à un moindre niveau qu’en Chine. L’étude de Schembari et al. (2015), s’inscrit dans les recherches concernant l’impact de la pollution de l’air, cette fois en Europe, sur les caractéristiques biométriques des nouveau-nés.
Liste complète des métadonnées

https://hal.inrae.fr/hal-02632626
Déposant : Migration Prodinra <>
Soumis le : mercredi 27 mai 2020 - 11:12:13
Dernière modification le : jeudi 2 juillet 2020 - 15:12:53

Identifiants

  • HAL Id : hal-02632626, version 1
  • PRODINRA : 351637

Collections

Citation

Delphine Rousseau. Pollution de l’air ambiant et santé des nouveau-nés à la naissance. Bulletin de veille scientifique , Maisons-Alfort: Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation de l'environnement et du travail, 2016, pp.64-69. ⟨hal-02632626⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

12