Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

SFRP-02 – Recherche expérimentale – Effet mémoire d’une alimentation hyperprotéique chez le raton

Résumé : Les nouveau-nés de petit poids de naissance ayant souffert d’un retard de croissance intra-utérin (RCIU) sont une population à haut risque pour développer un « syndrome métabolique » (obésité, hypertension, insulino-résistance) à l’âge adulte. Ces bébés sont généralement nourris avec des laits « enrichis » en protéines afin de leur assurer une croissance de rattrapage. Or le risque de pathologies cardiovasculaires ou d’obésité à l’âge adulte est corrélé à la vitesse de croissance dans les toutes premières semaines de vie. Notre hypothèse est qu’une alimentation hyperprotéique prescrite en période néonatale chez des nouveau-nés RCIU pourrait avoir des conséquences néfastes sur la santé à l’âge adulte. Pour étudier les conséquences à distance d’une alimentation néonatale hyperprotéique, des ratons RCIU, nés de mères carencées en protéines durant la gestation (60 % de carence) ont été équipés au 5ème jour de vie (J5) d’une canule de gastrostomie posée de façon percutanée (modèle de ratons « pup in the cup »). Ils ont reçu, de J5 (pose de la canule) à J21 (jour du sevrage) et de façon randomisée, soit un lait « normoprotéique » (NP : 87,0 g/l, n = 9), soit un lait « hyperprotéique » (HP : 130,5 g/l, n = 7). La croissance des rats et les quantités ingérées ont été suivies régulièrement (de J5 à J160, rat adulte). Le lait HP ne modifie pas la croissance des ratons avant le sevrage. Le lait HP présente des effets à distance : (1) un surpoids des rats nourris au lait hyperprotéique vs. normoprotéique entre J50 et J65, (HP : 329 ± 14 g vs. NP : 307 ± 28 g pour des rats de J60, p = 0,079), lié à une augmentation des quantités ingérées d’aliments (de J50 à J60, HP : 28 ± 3 g/j vs. NP : 25 ±3 g/j, p = 0.079) ; (2) une augmentation, de la masse du pancréas (0,29 ± 0,15 g vs. 0,17 ± 0,06, p= 0.046) et de la masse de la graisse mésentérique (6,3 ±1,4g vs. 4,5 ± 2, 1, p = 0,088) respectivement chez des rats HP vs. NP. Ces données préliminaires suggèrent qu’un lait hyperprotéique, administré à des ratons RCIU durant la période néonatale, a des effets mémoire sur le poids et la masse grasse mésentérique, traduisant des désordres métaboliques. Des mesures de composition corporel le, glucose et insuline plasmatiques, nous permettront de préciser ces perturbations métaboliques.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

https://hal.inrae.fr/hal-02663339
Contributor : Migration Prodinra <>
Submitted on : Sunday, May 31, 2020 - 2:27:37 AM
Last modification on : Friday, February 12, 2021 - 3:33:55 AM

Identifiers

Collections

Citation

Eloise Delamaire, Christine Hoebler, Catherine Michel, Bertrand Kaeffer, Marie Cécile Alexandre-Gouabau, et al.. SFRP-02 – Recherche expérimentale – Effet mémoire d’une alimentation hyperprotéique chez le raton. Archives de Pédiatrie, Elsevier, 2008, 15 (5), pp.1031. ⟨10.1016/S0929-693X(08)72420-5⟩. ⟨hal-02663339⟩

Share

Metrics

Record views

33