Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

SCLEROLEG, un projet à l’interface entre le labo et le terrain

Résumé : Sclérolèg est un projet financé par le CASDAR et labellisé par le GIS PIClég associant des partenaires publics de recherche et techniques privés ayant pour objectif de proposer des méthodes alternatives de protection contre Sclerotinia sclerotiorum, agent de la pourriture blanche sur 400 espèces végétales. En effet, il n’existe pas de moyens de protection chimique efficaces ni de résistance totale des variétés contre ce champignon. Afin de mieux intégrer et combiner les pratiques, le projet propose notamment de clarifier l’origine de l’inoculum primaire (air, sol), d’estimer une éventuelle spécialisation d’hôte du champignon et enfin d’évaluer la variabilité de sa sensibilité à l’agent de lutte biologique Coniothyrium minitans. Une collection de souches de S. sclerotiorum isolées de plantes (notamment melon, carotte, haricot et endive) mais également de prélèvements d’air et de sclérotes dans le sol, au sud et au nord de la France, a été constituée grâce à tous les partenaires du projet. Les souches sont génotypées à l’aide de 16 marqueurs microsatellites et un sous ensemble est phénotypé pour les caractères tels que la vitesse de croissance mycélienne, la capacité à produire des sclérotes, l’agressivité sur plante et la sensibilité à C. minitans. Les premiers résultats montrent une présence pratiquement continue d’inoculum dans l’air au-dessus des cultures de carottes, endives et melons. L’absence de différentiation génétique significative entre les souches prélevées sur plantes de melon et celles prélevées dans l’air sur des parcelles de melon, va dans le sens d’une origine aérienne de l’inoculum engendrant les symptômes. Ceci est renforcé par l’existence d’haplotypes communs aux deux groupes de souches. L’analyse de souches telluriques, issues de sclérotes devraient affiner cette observation. Les premiers résultats de phénotypage montrent des différences significatives de vitesse de croissance mycélienne et du nombre de sclérotes produits entre les 66 souches testées. En revanche, ils ne montrent pas de différence significative d’agressivité sur tomate, laitue et melon selon l’hôte d’origine des souches, ce qui va dans le sens d’une absence de spécialisation d’hôte. L’évaluation de la sensibilité à C. minitans est en cours.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadata

https://hal.inrae.fr/hal-02743378
Contributor : Migration Prodinra Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, June 3, 2020 - 5:51:23 AM
Last modification on : Monday, August 9, 2021 - 8:56:01 AM
Long-term archiving on: : Thursday, December 3, 2020 - 2:12:15 AM

File

2016_Leyronas_Aussois_1.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02743378, version 1
  • PRODINRA : 344219

Collections

Citation

Christel Leyronas, Marc Bardin, Magali Duffaud, Philippe C. Nicot, Claire Troulet, et al.. SCLEROLEG, un projet à l’interface entre le labo et le terrain. 11. Rencontres de Phytopathologie-Mycologie, Jan 2016, Aussois, France. ⟨hal-02743378⟩

Share

Metrics

Record views

589

Files downloads

11