Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Communication dans un congrès

Conditions d’adoption de plantes de services agro-écologiques en rotation avec la banane aux Antilles

Résumé : En Guadeloupe et en Martinique, la production bananière doit relever le défi de mieux conjuguer performances économiques et environnementales. Les pratiques intensives et la monoculture ont en effet eu pour conséquence le développement parasitaire, une baisse de la fertilité des sols et une contamination par les pesticides des sols et des écosystèmes. Pour améliorer la durabilité de la filière, des techniques d’assainissement et de restauration de la fertilité ont été mises au point depuis le début des années 1990. Ainsi, différents travaux ont montré l’intérêt d’introduire la jachère ou d’autres cultures en rotation, notamment pour maîtriser le parasitisme de façon à réduire l’utilisation des pesticides. Malgré la mise en place de dispositifs institutionnels de soutien à l'adoption des jachères, les niveaux d'adoption actuels apparaissent bas et contrastés selon les types d'exploitation. Dans cet article nous conduisons un état des lieux sur les niveaux actuels de pratiques des rotations en culture bananière, sur les performances associées à ces pratiques ainsi que sur les freins et motivations à l'adoption. L'étude des conditions d'adoption est envisagée selon deux approches: une approche ex post visant à expliquer pourquoi les planteurs ont ou n'ont pas adopté des pratiques de rotation, et une approche ex ante visant à identifier le consentement à l'adoption de différentes plantes de service candidates à une utilisation dans le cadre de rotations assainissantes en culture bananière. Après une revue bibliographique sur les déterminants de l'adoption de l'innovation en agriculture, notre stratégie de recherche s’est basée sur une enquête de terrain et une modélisation économétrique des décisions d'adoption. Si en Guadeloupe 68% des agriculteurs pratiquent une période de rotation ou de jachère, le niveau d'adoption des rotations est de seulement 28% en Martinique. Nos résultats confirment que la pratique de rotation est le plus souvent associée à de meilleurs rendements. Avec des niveaux compris entre 40 et 60%, le consentement des planteurs à adopter les plantes de service est moyen. Seul l’ananas en Martinique, avec un niveau de consentement de seulement 16%, semble peu prometteur en l’état. Dans les deux îles la jachère avec Brachiaria decumbens et la jachère spontanée contrôlée sont les deux modes de rotation qui recevraient le meilleur accueil par les planteurs. Les raisons de la non adoption des rotations sont multiples et parfois différenciées selon qu’il s’agisse de la situation de la Guadeloupe ou de la Martinique. Les principaux freins à l’adoption sont relatifs aux caractéristiques du parcellaire des exploitations. En effet, l’impossibilité de mécaniser le travail du sol, l’exiguïté du parcellaire et le manque de maîtrise foncière sont des freins à l’adoption très significatifs. Un autre frein à l'adoption des rotations est relatif au manque d'information et d’expérience en matière de rotations culturales. L’impossibilité de supporter une baisse transitoire du revenu est également un facteur de non adoption très significatif, alors que la recherche d’une diversification.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [19 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.inrae.fr/hal-02809322
Déposant : Migration Prodinra <>
Soumis le : samedi 6 juin 2020 - 06:46:45
Dernière modification le : vendredi 12 juin 2020 - 10:43:26

Fichier

ASRDLF2011_S10_Blazy_Causeret_...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-02809322, version 1
  • PRODINRA : 167838

Collections

Citation

Jean-Marc Blazy, François Causeret, Jean-Louis Diman. Conditions d’adoption de plantes de services agro-écologiques en rotation avec la banane aux Antilles. 48. Colloque annuel de l’ASRDLF (Association de Science Régionale de Langue Française) : Migrations et Territoires, Université des Antilles et de la Guyane (UAG). Centre d'Etude et de Recherche en Economie, Gestion, Modélisation et Informatique Appliquée - Faculté de droit et d'économie, Schoelcher, FRA.; Université des Antilles et de la Guyane (UAG). Schoelcher, FRA.; Association de Science Régionale de Langue Française (ASRDLF). Paris, FRA., Aug 2011, Schoelcher, France. 17 p. ⟨hal-02809322⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

16

Téléchargements de fichiers

21