Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

CASPER ET LES NODULES POLYMÉTALLIQUES

Résumé : Responsable de rubrique Le 7 janvier 2017, pour son rendezvous dominical « Sur les épaules de Darwin, sur les épaules des géants » diffusé sur France Inter, Jean-Claude Ameisen a fait une émission spéciale intitulée « Dans les abysses ». Dans cette émission hautement recommandable, il se faisait l'écho d'une publication scientifique incroyable parue au mois de décembre 2016 et portant sur le petit poulpe des profondeurs nommé Casper. Comment ne pas être émerveillé ? Nous sommes le 27 février 2016 lorsque le navire océano-graphique de l'Administration américaine pour l'étude de l'Océan et de l'Atmosphère entame sa première expédition de l'année dans l'océan Pacifi que. Son robot-marin scienti-fi que téléguidé, le Deep Discovery, plonge alors au large des îles hawaiiennes pour explorer la dorsale océanique Necker. L'objectif est de prendre des échantillons sur le fond océa-nique, de les comparer avec d'autres, et d'observer aussi la vie se trouvant à ces profondeurs importantes. Là, une étrange rencontre va avoir lieu à plus de 4 000 mètres de profondeur. Le robot découvre un petit poulpe, un octopode qui ne ressemble à rien de connu et surtout qui n'a semble-t-il jamais été observé à ce jour à une telle profondeur. Ce petit poulpe est posé sur une roche de basalte à 4 290 mètres. Il est tout blanc, presque translucide. Il res-semble à un petit fantôme avec son drap blanc caractéris-tique. Une vidéo de cette découverte est rapidement mise en ligne et devient instantanément célèbre. Les commentaires postés sur les réseaux sociaux proposent tout de suite de l'appeler Casper, en hommage au personnage de dessin et de bande dessinée, le gentil petit fantôme. Et c'est encore comme cela qu'on l'appelle aujourd'hui. Au-delà de la joie de trouver et décrire une nouvelle espèce, qui plus est particulièrement mignonne, si on peut se per-mettre de dire cela, c'est la vie de Casper qui a retenu toute mon attention et aussi une certaine admiration. Avant cela, il faut savoir que les auteurs de l'étude publiée et mise en avant ici, ont révélé qu'en fait, entre 2011 et 2015, vingt-deux poulpes Casper avaient déjà été observés mais cela était resté assez confi dentiel. Tous les poulpes étaient posés à plus de 4 100 mètres de profondeur, avec des tailles variant entre 2 cm, pour le plus petit, à quelques dizaines de centimètres pour le plus gros. Ainsi, vingt-trois poulpes Casper ont été répertoriés dans l'article publié dans Current Biology à la fi n de l'année 2016. Mais ce qui est marquant dans cette étude, c'est ce qui suit ! Les fonds océaniques où on trouve les Casper sont toujours des zones riches en nodules polymétalliques, dont la quan-tité est en moyenne de 5 par m 2 mais pouvant atteindre le chiffre de 32 dans certaines zones. Ces nodules polymé-talliques appelés aussi nodules de manganèse, sont des concrétions rocheuses reposant sur le lit océanique, formés de cercles concentriques d'hydroxydes de fer et de man-ganèse autour d'un noyau. De taille variable (microscopique CASPER ET LES NODULES POLYMÉTALLIQUES © Photos oceanexplorer.noaa.gov Une incroyable rencontre par 4 000 m de fond. Casper, le poulpe qui porte si bien son nom.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

https://hal.inrae.fr/hal-02916408
Contributor : Stéphan Jacquet <>
Submitted on : Monday, August 17, 2020 - 6:20:42 PM
Last modification on : Thursday, March 4, 2021 - 9:58:02 AM
Long-term archiving on: : Monday, November 30, 2020 - 8:58:31 PM

File

Jacquet_Subaqua_2017f.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02916408, version 1

Collections

Citation

Stéphan Jacquet. CASPER ET LES NODULES POLYMÉTALLIQUES. Subaqua, 2017. ⟨hal-02916408⟩

Share

Metrics

Record views

22

Files downloads

32