Comprendre l’effet du climat sur le fonctionnement des arbres : l’étude de la phénologie végétative et reproductive au mont Ventoux. - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Rendez-vous Techniques de l'ONF Year : 2020

Comprendre l’effet du climat sur le fonctionnement des arbres : l’étude de la phénologie végétative et reproductive au mont Ventoux.

(1) , (1) , (2) , (2) , (2) , (2) , (2) , (1)
1
2

Abstract

Linné (1751) définissait la phénologie comme l’apparition des activités ou événements cycliques chez les plantes ou les animaux tout au long de l’année. Plus concrètement, son étude consiste à dater les principaux événements phénologiques et les mettre en relation avec les variations saisonnières climatiques. Ces évènements phénologiques sont un indicateur robuste du changement climatique. Chez les animaux, on peut par exemple observer l’arrivée des oiseaux migrateurs ou les dates d’émergence de certains insectes. Pour les végétaux, on s’intéresse particulièrement au débourrement*, à la floraison, à la maturation des fruits et à la senescence des feuilles (Fig. 5.1). Chez les arbres, les changements de températures peuvent modifier les dates d’apparition de ces événements phénologiques d’une année à l’autre chez un même individu, d’un individu à l’autre dans un même peuplement (Fig. 5.2), ou d’un peuplement à un autre pour une même espèce. En outre, les dates de ces événements déterminent les performances (croissance, reproduction) des individus, ce qui fait de la phénologie un processus majeur de l’adaptation des êtres vivants en général et des arbres en particulier à leur environnement. Un fort impact des changements climatiques est d’ores et déjà observé sur la phénologie des événements de printemps, tels le débourrement et la floraison. L’analyse de données phénologiques sur de nombreuses espèces de plantes entre 1971 et 2000 montre que ces événements ont en moyenne, avancé de ~2,5 jours par décennie en Europe. La fin de la saison de végétation a aussi, en moyenne, significativement reculé, avec un retard de 1 jour en moyenne par décennie. Un débourrement plus précoce peut augmenter l’exposition de certaines espèces aux gelées tardives printanières, et peser négativement sur la croissance et la fructification. Mais la communauté scientifique s’interroge aujourd’hui sur la poursuite de cette avancée des dates de débourrement printanier. En effet, les hivers doux peuvent perturber la levée de dormance* du fait du manque de froid et donc retarder la date de débourrement. L’étude de l’impact de ces perturbations constitue un axe de recherche majeur à l’échelle internationale : existe-t-il des variations intra et interspécifiques de la sensibilité des événements phénologiques au climat ? Cette sensibilité est-elle stable d’une situation géographique à l’autre ?
Fichier principal
Vignette du fichier
RDVT63-64_p29-32.pdf (268.66 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03727684 , version 1 (31-01-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03727684 , version 1

Cite

Hendrik Davi, Frédéric Jean, Marianne Corréard, Olivier Gilg, Mehdi Pringarbe, et al.. Comprendre l’effet du climat sur le fonctionnement des arbres : l’étude de la phénologie végétative et reproductive au mont Ventoux.. Rendez-vous Techniques de l'ONF, 2020, 63-64, pp.29-32. ⟨hal-03727684⟩
0 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More