La viande cultivée. Réhumaniser nos relations aux animaux de ferme ? - INRAE - Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement Access content directly
Journal Articles Cahiers de Nutrition et de Diététique Year : 2024

La viande cultivée. Réhumaniser nos relations aux animaux de ferme ?

Abstract

The promoters of cultured meat, whether start-ups, foundations or animal rights activists, are delighted by the emergence of this innovation and emphasize its rehumanizing character. However, if we consider that cultured meat is in line with the industrialization of industrial anima production, we can argue that, on the contrary, it completes the process of transforming living work with animals into dead, dehumanized work. The persistence of industrial violence against animals, despite thirty years of scientific work and associative activities on “animal welfare”, has led some citizens to reject any working relationship with farm animals, to advocate farming without animal farming and to support cellular agriculture. Proponents of cultured meat, by asserting that meat from incubators is exactly the same as that which makes up the body of cows, except that it grows outside the animal, testify that they prefer to support the biotech meat industry rather than the animals. For if there is no death in cultured meat, then there is no life. But what would cultured meat produce as food, and to what human world would it refer?
Les promoteurs de la viande cultivée, start-up, fondations ou défenseurs des animaux, se réjouissent de l’émergence de cette innovation et en soulignent le caractère réhumanisant. En considérant que la viande cultivée s’inscrit dans le droit fil de l’industrialisation de l’élevage, on peut avancer au contraire qu’elle clôture le processus de transformation du travail vivant avec les animaux en travail mort, déshumanisé. La permanence de la violence industrielle envers les animaux, en dépit de trente ans de travaux scientifiques et d’activités associatives sur le « bien-être animal » conduit des citoyens à rejeter tout rapport de travail avec les animaux de ferme, à défendre une agriculture sans élevage et à soutenir l’agriculture cellulaire. Les animalistes, en affirmant que la viande sortie d’incubateurs est exactement la même que celle qui constitue le corps des vaches, sauf qu’elle grossit en dehors de l’animal, témoignent qu’ils préfèrent appuyer l’industrie biotechnologique de la viande plutôt que les animaux. Car s’il n’y a pas de mort dans la viande cultivée, c’est qu’il n’y a pas de vie. On peut s’interroger toutefois sur ce que produira la viande cultivée en tant que nourriture et à quel monde humain elle participera.

Domains

Sociology

Dates and versions

hal-04543811 , version 1 (12-04-2024)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

Cite

Jocelyne Porcher. La viande cultivée. Réhumaniser nos relations aux animaux de ferme ?. Cahiers de Nutrition et de Diététique, A paraître, ⟨10.1016/j.cnd.2024.04.001⟩. ⟨hal-04543811⟩
18 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More