Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Travail du sol, structure et fonctionnement hydrique du sol en régime d'évaporation.

Résumé : Une des fonctions assignées au travail du sol est la modification de la structure en vue de contrôler le fonctionnement hydrique du sol. L'étude que nous avons conduite avait pour but d'analyser l'effet de la structure sur le dessèchement d'un sol cultivé au printemps. Trois traitements se différenciant par leur niveau de compacité (fort/faible) et/ou par la date de travail du sol (automne/printemps) ont été créés dans un sol de craie (Rendoll Typic) et dans un sol de limon (Luvisol Orthic). Un suivi de la teneur en eau et du potentiel de l'eau a été réalisé, respectivement, à partir de prélèvements gravimétriques et de mesures par des tensiomètres. Le flux d'évaporation a été calculé par la méthode du plan de flux nul. Les propriétés hydrodynamiques ont été estimées par la méthode évaporative de Wind. Dans le sol de craie, le traitement compacté avait un flux d'évaporation supérieur à celui des traitements travaillés d'environ 1mm/jour. Les premiers centimètres du traitement compacté restaient humides tandis que ceux des traitements travaillés s'asséchaient rapidement. Au contraire, en profondeur, la teneur en eau du traitement compacté était inférieure à celle des traitements travaillés. Cet effet de la compacité du sol est à mettre en relation avec les variations de conductivité hydraulique du sol non saturé en fonction de la masse volumique du sol. La conductivité hydraulique était plus élevée dans le traitement compacté, probablement à cause d'une surface de contact entre fragments terreux plus grande, donc d'une meilleure continuité de la phase liquide du sol non saturé. L'augmentation de la conductivité hydraulique du traitement compacté a permis une meilleure ré-alimentation en eau de la surface du sol depuis les couches profondes, donc un flux d'évaporation plus élevé et un dessèchement de l'ensemble de la couche labourée. Cet effet n'a pas été observé dans le sol de limon pour lequel les variations de structure du sol n'ont pas eu de conséquences marquées sur le dessèchement du sol. La conductivité hydraulique était la même, à une teneur en eau donnée, quelle que soit la masse volumique. Ceci pourrait résulter de la formation de pores structuraux reliques par compactage. Il apparaît qu'un sol trop poreux en sortie d'hiver peut limiter le dessèchement de la couche labourée au printemps. La présence des pores reliques dans un sol pourrait permettre de caractériser les conditions de compactage qu'il a subies
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [17 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-insu.archives-ouvertes.fr/hal-00067795
Déposant : Nathalie Pothier <>
Soumis le : mardi 9 mai 2006 - 11:22:14
Dernière modification le : mercredi 23 septembre 2020 - 10:36:06
Archivage à long terme le : : samedi 3 avril 2010 - 21:30:48

Identifiants

  • HAL Id : hal-00067795, version 1
  • PRODINRA : 252136

Collections

Citation

Guy Richard, J.F. Sillon, Isabelle Cousin, Ary Bruand. Travail du sol, structure et fonctionnement hydrique du sol en régime d'évaporation.. Etude et Gestion des Sols, Association Française pour l'Etude des Sols, 2004, 11, pp.59-68. ⟨hal-00067795⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

422

Téléchargements de fichiers

1167