Conservation ex situ : collections statiques et valorisation dynamique - INRAE - Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement Access content directly
Journal Articles Rendez-vous Techniques de l'ONF Year : 2012

Conservation ex situ : collections statiques et valorisation dynamique

E. Collin
Sébastien Girard
  • Function : Author
  • PersonId : 835041

Abstract

La conservation ex situ consiste à préserver durablement des ressources génétiques en dehors du site où elles ont été collectées sous forme de graines, greffes, boutures ou même tissus pour la culture in vitro. Cette préservation est dite "statique" s’il s’agit de collections maintenues dans les chambres froides ou les pépinières des centres de recherche. Elle est dite "dynamique" dans le cas de plantations conservatoires ou de vergers à graines donnant naissance à de nouvelles populations forestières par reproduction sexuée. Historiquement, la CRGF a privilégié l'approche ex situ pour les espèces difficiles à conserver dans ses réseaux in situ, notamment des espèces menacées (ormes, peuplier noir) ou disséminées (merisier, noyer, cormier). Cinq Collections nationales ex situ statiques ont été constituées à partir de boutures ou de greffes prélevées sur plusieurs centaines d'arbres échantillonnés dans diverses régions. Plus de mille clones de quatre Collections nationales sont conservés ‘au champ’ à la pépinière expérimentale de Guémené-Penfao. La cryobanque du FCBA maintient également une soixantaine de clones d’ormes dans l’azote liquide. Des plantations conservatoires de merisier et de sapin pectiné ont été réalisées à partir de lots de graines récoltés dans des populations rares ou menacées. Des récoltes de greffons de pin de Salzmann sont en cours en Languedoc sur des pins âgés de plus de 140 ans, antérieurs aux plantations de pins noirs non autochtones. Elles permettront d'assurer la conservation dynamique ex situ de populations menacées in situ. Actuellement, la CRGF n'établit plus de distinguo aussi tranché entre espèces relevant de tel ou tel mode de conservation. Certaines populations d'espèces présumées menacées (orme lisse, peuplier noir) peuvent en fait être conservées in situ alors que des populations marginales de grandes espèces sociales (ex: sapin pectiné) sont menacées par le changement climatique et devront être conservées dynamiquement ex situ. On s'achemine donc vers la combinaison souple de méthodes in situ et ex situ. De plus, les perspectives de récoltes de graines en vergers ou plantations conservatoires vont tendre à rapprocher stratégies de conservation et politiques de valorisation des ressources génétiques. Les Collections nationales ne sont pas des outils de conservation strictement statique. Elles ont vocation à fournir du matériel végétal (graines, plants) qui contribuera à la diversité génétique des plantations et à la conservation dynamique des RGF. Trois variétés de peuplier noir ont déjà été mises sur le marché pour les besoins du génie écologique, des clones d’orme champêtre sont proposés pour la reconstitution bocagère et des projets de vergers à graines à large base génétique existent ou sont en préparation pour le cormier, le noyer commun et l’orme champêtre.
Fichier principal
Vignette du fichier
no2012-pub00037096.pdf (265.14 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

hal-00779754 , version 1 (22-01-2013)

Identifiers

Cite

E. Collin, H. Le Bouler, O. Forestier, J;p. Huvelin, M. Rondouin, et al.. Conservation ex situ : collections statiques et valorisation dynamique. Rendez-vous Techniques de l'ONF, 2012, 36-37, p. 35 - p. 39. ⟨hal-00779754⟩
895 View
337 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More