Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Ce que l’épidémiosurveillance apporte ou n’apporte pas encore à la moindre dépendance aux produits phytopharmaceutiques

Résumé : Par différentes approches (sémantique, économique, de modélisation), les équipes réunies dans le projet VESPA éclairent les différentes formes de contribution de l’épidémiosurveillance à la santé des cultures. Des valeurs d’information, de référencement, de pédagogie et d’entretien des compétences expertes en phytopathologie généraliste de terrain découlent assez directement de son existence. Bien que les calculs soient difficiles et entachés d’approximations, on conclut que l’épidémiosurveillance rapporte au minimum 4 à 5 fois plus qu’elle ne coûte, y compris en autorisant des réductions d’usage de produits phytopharmaceutiques. Ces apports relèvent toutefois majoritairement de l’optimisation rationnelle de la couverture des besoins de protection et elles ne peuvent à elles seules couvrir au mieux qu’une part des objectifs de réduction de la dépendance aux produits phytopharmaceutiques. Pour aller plus loin, il devient donc nécessaire que les messages d’alerte modulent le risque phytosanitaire en fonction des mesures prophylactiques prises et relaient l’efficacité d’une gamme élargie d’actions préventives.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal.inrae.fr/hal-02606491
Déposant : Migration Irstea Publications <>
Soumis le : samedi 16 mai 2020 - 12:37:24
Dernière modification le : jeudi 19 novembre 2020 - 13:01:37

Identifiants

  • HAL Id : hal-02606491, version 1
  • IRSTEA : PUB00055432

Collections

Citation

X. Reboud, A. Carpentier, J.N. Aubertot, S. Lemarie, Nathalie Peyrard, et al.. Ce que l’épidémiosurveillance apporte ou n’apporte pas encore à la moindre dépendance aux produits phytopharmaceutiques. Innovations Agronomiques, INRA, 2017, 59, pp.81-91. ⟨hal-02606491⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

17