La faim dans le monde, le commerce et les politiques agricoles. 1) Des règles à l’OMC sur l’agriculture sont nécessaires, mais le commerce n’est pas tout - INRAE - Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement Access content directly
Journal Articles Revue Française d'Economie Year : 2010

Hunger in the world, trade and agricultural policies. WTO rules on agriculture are necessary, but trade is not all

La faim dans le monde, le commerce et les politiques agricoles. 1) Des règles à l’OMC sur l’agriculture sont nécessaires, mais le commerce n’est pas tout

Abstract

This article offers a critical analysis of multilateral rules of the World Trade Organization (WTO) applied to agriculture. The first section presents the main development trends of international trade in agricultural products, distinguishing between the respective positions of developed countries, Developing countries (DCs) and Least Developed Countries (LDCs). The second section discusses the Uruguay Round Agreement on Agricultural (URAA) of 1994 and presents the main steps that have marked the negotiations under the Doha multilateral round. By focusing on the case of developing countries, the third section offers a reflection on the domestic support rules. The fourth section addresses the issue of export competition and food aid. The fifth section focuses on border protection and market access conditions. This reflection emphasizes especially the need to give the poorest developing countries which are importers of agricultural products, particularly those in Africa, the opportunity to develop their agriculture. They are not able to be competitive face to the developed countries which benefit many advantages: good climate, new agricultural technologies and high productivity of production factors. This priority to developing agriculture, which had also been preferred in Europe at the time of the creation of the CAP, is based on the idea that trade cannot alone satisfy all local food requirements.
Cet article propose une analyse critique des règles multilatérales de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) appliquées au secteur agricole. La première section présente les principales tendances de l’évolution du commerce international de produits agricoles, en distinguant la position respective des pays développés, des Pays en développement (PED) et des Pays les moins avancés (PMA). La deuxième section discute de l’Accord agricole du cycle de l’Uruguay (AACU) de 1994 et présente les principales étapes qui ont jalonné les négociations engagées dans le cadre du cycle multilatéral de Doha. En se focalisant sur le cas des PED, la troisième section propose une réflexion sur les règles relatives au soutien interne. La quatrième section aborde la question de la concurrence à l’exportation et de l’aide alimentaire. La cinquième section s’intéresse à la protection aux frontières et aux conditions d’accès aux marchés. Cette réflexion souligne notamment qu’il est nécessaire de donner aux PED les plus pauvres et importateurs nets de produits agricoles, notamment ceux du continent africain, la possibilité de développer leur agriculture à l’abri de pays concurrents dotés d’atouts imparables que sont le climat, la technologie et la productivité des facteurs de production. Cette priorité au développement de l’agriculture, qui avait d’ailleurs été privilégiée au sein de l’Europe au moment de la création de la PAC, est basée sur l’idée que le commerce ne pourra pas, à lui seul, satisfaire toutes les exigences alimentaires locales.
No file

Dates and versions

hal-02654953 , version 1 (29-05-2020)

Identifiers

Cite

Edgard Pisani, Vincent Chatellier. La faim dans le monde, le commerce et les politiques agricoles. 1) Des règles à l’OMC sur l’agriculture sont nécessaires, mais le commerce n’est pas tout. Revue Française d'Economie, 2010, 25 (1), pp.9-40. ⟨10.3917/rfe.101.0003⟩. ⟨hal-02654953⟩
19 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More