Modéliser la vulnérabilité des exploitations agricoles face aux inondations pour l'évaluation économique de projets - INRAE - Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement Access content directly
Conference Papers Year : 2009

Modelling farm vulnerability to floodings to appraise projects

Modéliser la vulnérabilité des exploitations agricoles face aux inondations pour l'évaluation économique de projets

Pauline Bremond
F. Grelot
G. Abrami

Abstract

Les récentes inondations en Europe, notamment sur le Rhône (850 M¤ de dommages en 2003 [1]), ont mis en évidence les limites d'une gestion des inondations ne reposant que sur la protection des enjeux par des digues (augmentation des risques de rupture de digues, aggravation des phénomènes en aval). Elles ont contribué à l'émergence de nouvelles orientations de gestion des inondations, qui impactent plus particulièrement les zones agricoles. D'une part, la volonté de restaurer, au moins partiellement, l'innondabilité des champs d'expansion de crue concerne majoritairement les zones agricoles, censées être moins vulnérables que des zones urbaines. D'autre part, la réduction de la vulnérabilité des enjeux en zone inondable peut être destinée aux activités agricoles pour une double raison : 1) c'est un moyen envisagé pour maintenir une activité agricole en zone inondable sans projet de réduction de l'aléa ; 2) en cas de projet de restauration de champ d'expansion de crue, son financement est un des moyens envisageables de compensation de l'augmentation de l'exposition induite. Le volet « inondation » du Plan Rhône est très illustratif de ces deux tendances [2]. Il apparaît implicitement que les zones qui vont être impactées par la restauration des champs d'expansion de crue sont majoritairement les zones agricoles. D'autre part, la réduction la vulnérabilité des activités économiques est prévue avec le soutien financier de l'Union Européenne (7,5 M¤). Parallèlement, les financeurs sont de plus en plus sensibles à la notion d'efficience des fonds publics. Ainsi, les financeurs du Plan Rhône sont demandeurs d'une méthode d'évaluation économique des mesures de réduction de la vulnérabilité des exploitations agricoles. Or, une revue des méthodes d'évaluation de l'endommagement des zones agricoles utilisées en Europe [3], en France [4-6] ou Etats-Unis [7, 8] montre clairement que les méthodes classiques sont très mal adaptées à l'évaluation de la réduction de la vulnérabilité car elles reposent sur la monétarisation d'une perte de rendement de la culture à l'échelle de la parcelle. Pourtant, les mesures de réduction de la vulnérabilité s'appliquent à l'échelle de l'exploitation agricole et portent principalement sur l'amélioration de la capacité organisationnelle pendant et après l'inondation ou la protection de facteurs de production (stock, matériel) qui ne sont pas directement corrélables au rendement de production. Ainsi, il s'avère nécessaire de prendre en compte les différentes composantes de l'exploitation agricole, leur répartition spatiale et les interactions qu'elles ont entre elles. De plus, il apparaît primordial de pouvoir appréhender la dimension temporelle de la vulnérabilité et de la résilience de l'exploitation agricole. Il est donc nécessaire de changer d'échelle et de proposer un nouveau cadre pour l'évaluation de la vulnérabilité des exploitations agricoles [9]. Nous proposons donc dans cette communication de discuter un modèle conceptuel de la vulnérabilité des exploitations agricoles face aux inondations permettant la représentation des dimensions organisationnelle, spatiale et temporelle de la vulnérabilité des exploitations agricoles. Trois objectifs étaient recherchés dans la démarche de modélisation en langage UML (Unified Modeling Language) : 1) améliorer la compréhension de la vulnérabilité des exploitations agricoles et la formaliser dans un langage standardisé, 2) identifier les besoins de données et créer les supports nécessaires pour la communication avec les acteurs locaux, 3) développer un modèle conceptuel servant de base à la création d'un modèle de simulation pour évaluer les mesures de réduction de la vulnérabilité. La modélisation de l'objet « exploitation agricole » a permis de représenter les composantes techniques localisées dans l'espace et les composantes humaine et sociale (main d'½uvre, partenaires économiques). Une représentation dynamique dans l'espace et le temps des effets de l'inondation sur l'exploitation agricole a ensuite été réalisée en distinguant plusieurs périodes de l'inondation (alerte, submersion, décrue, retour à une situation d'équilibre). Les stratégies de l'exploitant sur ces différentes périodes sont un paramètre majeur de la modélisation. Cette phase de modélisation a permis la compréhension et la formalisation des effets d'une inondation sur l'exploitation agricole qui est un système complexe avec des composantes spatialisées et en interaction. Elle a également mis en évidence des besoins de données pour l'évaluation économique des mesures de réduction de la vulnérabilité. Dans cet objectif, des focus group constitués d'agriculteurs permettront de valider la modélisation et de récolter les informations nécessaires, notamment concernant les stratégies de décision. L'évaluation des effets des mesures de réduction de la vulnérabilité sur les exploitations agricoles portera sur des indicateurs physiques (capital fixe) ainsi que des indicateurs financiers (résultat, taux d'endettement). L'évaluation sera réalisée à plusieurs échelles temporelles (annuelle, pluriannuelle).
No file

Dates and versions

hal-02593240 , version 1 (15-05-2020)

Identifiers

Cite

Pauline Bremond, F. Grelot, G. Abrami, C. Blanc. Modéliser la vulnérabilité des exploitations agricoles face aux inondations pour l'évaluation économique de projets. Géorisque .L'apport de la modélisation dans la connaissance et la gestion des risques naturels, Feb 2009, Montpellier, France. ⟨hal-02593240⟩
23 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More