Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Rapport

Elaboration d’un modèle long terme pour optimiser le renouvellement des canalisations d’eau potable. Application au Grand Lyon : rapport de deuxième année de thèse (3/3)

Résumé : Dans les pays développés, l’eau potable est distribuée au domicile des usagers. Ce confort requiert un long linéaire de réseau de forte valeur patrimoniale. Pour optimiser ressources et performances, il est important d’essayer de renouveler les tronçons au meilleur moment possible. Dans ce cadre, ce rapport présente les modèles « court terme » (1 à 3 ans) et « long terme » ( > 30 ans) actuellement employés au Grand Lyon. Les processus « court terme » semblent pertinents, mais les méthodes « long terme » restent limitées. Ce rapport propose de mettre en place une nouvelle approche « long terme » pour obtenir une vision globale du patrimoine de canalisations et rationaliser sa gestion. Cette approche est testée à partir des données réelles du Grand Lyon. Dans un premier temps à partir des données historiques du Grand Lyon, nous calculons ses courbes de survie passées. Une courbe de survie donne la probabilité qu’une canalisation a d’être mise hors service après un certain âge. Puis nous élaborons des scénarios prospectifs et nous en déduisons ses courbes de survie prospectives. Ensuite de ces courbes de survie prospectives nous souhaitons estimer des données clefs prévisionnelles telles que : • des indicateurs de réalisation : - le linéaire à renouveler, - les taux de renouvellement, - l’évolution de l’âge moyen du réseau • des indicateurs de performance : la prévision du nombre de défaillances, le niveau de risque lié aux coupures d’eau, le niveau de risque lié aux inondations induites par des fuites, le niveau de risque lié aux coupures de la route à cause des fuites • des indicateurs de moyen : - les coûts d’investissement, les coûts de la maintenance future, etc. Ces indicateurs doivent permettre d’éclairer les décideurs dans le choix de la stratégie « long terme » à adopter. Il ressort du scénario prospectif « statu quo » (i.e. rien ne change ni dans les objectifs, ni dans les mécanismes impliqués, ni dans les pratiques de gestion) des taux de renouvellement annuel compris entre 1.2 et 1.6% et des coûts d’investissement s’élevant à 17.5 à 25 millions par an sur l’intervalle de temps de 2013 à 2120. Attention, vu le grand nombre d’inconnues dans les données d’entrées, ces chiffres ne sont pas fiables.
Type de document :
Rapport
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [69 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.inrae.fr/hal-02603653
Déposant : Migration Irstea Publications <>
Soumis le : samedi 16 mai 2020 - 09:01:52
Dernière modification le : vendredi 23 octobre 2020 - 16:52:45

Fichier

pub00048613.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-02603653, version 1
  • IRSTEA : PUB00048613

Collections

Citation

A. Large, M. Tomasian. Elaboration d’un modèle long terme pour optimiser le renouvellement des canalisations d’eau potable. Application au Grand Lyon : rapport de deuxième année de thèse (3/3). irstea. 2014, pp.138. ⟨hal-02603653⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

6

Téléchargements de fichiers

11