Les cyanobactéries : une nuisance sur les grands lacs aquitains ? - INRAE - Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement Access content directly
Conference Papers Year : 2016

Les cyanobactéries : une nuisance sur les grands lacs aquitains ?

Abstract

Les cyanobactéries, antérieurement appelées algues bleues, sont présentes sur la planète depuis près de 3 milliards d'années et sont à l'origine de l'oxygène atmosphérique. Elles sont de formes assez variées, unicellulaire, coloniale ou filamenteuse et contiennent des pigments leur procurant une couleur bleu-vert ou rouge pour certaines. Toutes photoautotrophes, elles nécessitent peu d'éléments pour croitre, essentiellement de l'eau, du gaz carbonique, de la lumière, des nutriments. Elles utilisent alors la photosynthèse pour se développer. Certaines d'entre elles, peuvent produire des molécules odorantes (géosmine) et des toxines. Ces dernières ont des impacts toxiques sur les autres êtres vivants dont l'homme. Les cyanobactéries sont des organismes très compétitifs dans les milieux d'eau douce car certaines résistent à la dessiccation, peuvent croitre en conditions extrêmes ou encore fixer l'azote atmosphérique, ce qui leur confère un avantage par rapport aux autres espèces du phytoplancton. Ainsi, dans certaines conditions, elles peuvent proliférer, on parle alors d'efflorescences (ou blooms). Ces efflorescences, qui arrivent plutôt en été et en automne sont favorisées par l'augmentation de la température des eaux, les apports en nutriments, la stabilité de la colonne d'eau et les fortes luminosités. Elles ont des conséquences souvent très visibles sur le fonctionnement des écosystèmes. Comment se répartissent les cyanobactéries sur les quatre grands lacs aquitains: Hourtin-Carcans, Lacanau, Cazaux-Sanguinet et Parentis-Biscarrosse? Prolifèrent-elles et produisent-elles des toxines sur ces lacs pouvant contraindre les usages humains ? Peu présentent sur les deux lacs nord on les rencontre surtout sur le lac de Parentis-Biscarrosse sous forme de blooms en période estivale et automnale. Les eaux du lac de Cazaux-Sanguinet contiennent quelques espèces qui ne prolifèrent pas et dont peu sont considérées comme potentiellement toxiques. Des cyanotoxines ont pu être mesurées entre 2010 et 2015, essentiellement sur Parentis-Biscarrosse, mais toujours à des teneurs inférieures aux seuils règlementaires.
No file

Dates and versions

hal-02605185 , version 1 (16-05-2020)

Identifiers

Cite

Christophe Laplace-Treyture. Les cyanobactéries : une nuisance sur les grands lacs aquitains ?. STAR WAteRS : La Galiaxie du plancton, Dec 2016, Bordeaux, France. pp.27. ⟨hal-02605185⟩

Collections

IRSTEA INRAE EABX
77 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More