Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Communication dans un congrès

Emissions polluantes liées à la combustion dans les appareils de chauffage au bois indépendants

Résumé : En France, l’utilisation du bois comme source d’énergie représente environ 9 Mtep par an, dont plus de 80% est brûlé dans des appareils indépendants de type poêles ou foyers fermés. La hausse du prix des énergies fossiles et les nombreuses incitations (campagnes publicitaires, crédit d’impôt, …) créent une hausse des ventes d’appareils. Pour accompagner ce développement, les acteurs nationaux ont mis en place des réglementations et des études pour mieux caractériser les émissions polluantes liées à ce mode de chauffage. Les résultats que nous proposons ici sont issus de mesures effectuées sur plusieurs appareils commercialisés. Les essais ont été réalisés selon les protocoles définis dans les normes NF EN 13229 et NF EN 13240, les mesures ayant concerné principalement les teneurs des fumées en CO et en particules. Nous avons ainsi testé plusieurs fonctionnements de divers appareils et comparé la production d’imbrûlés selon le type d’appareil et son mode de fonctionnement choisi. Quel que soit l’appareil, trois régimes de fonctionnement distincts apparaissent au cours d’un essai : une phase d’allumage dont la durée varie de 5 minutes à plus de 20 minutes ; une étape de combustion vive qui dure de 30 à 60 minutes et une phase de combustion hétérogène qui dure de 20 à 60 minutes. Même si les émissions moyennes sont dans l’ensemble assez largement inférieures aux limitations, notamment concernant le monoxyde de carbone, l’impact de la durée de chaque étape de combustion est très importante sur les résultats moyens d’essais. La phase d’allumage est ainsi la plus polluante (souvent plus de 1% de CO dans les fumées), alors que l’étape de combustion vive est la moins polluante : souvent les émissions de CO sont inférieures à 0,1%. Une bonne gestion de la durée de chacune de ces étapes sera ainsi un bon moyen pour limiter les émissions polluantes : il s’agira de prolonger au maximum la phase de combustion vive et de limiter la durée des deux autres phases. Parallèlement à ce travail sur les émissions de CO, nous avons également caractérisé les émissions d’imbrûlés solides de type particules dans les fumées issues de ces appareils. Les émissions suivent globalement les mêmes tendances que celles de CO. Nous avons aussi caractérisé plus en détail ces particules par des images réalisées au Microscope Electronique à Balayage : il apparaît clairement alors qu’une large partie de ces particules est constituée de très petites particules de bois plus ou moins dégradées. Cela signifie que ces particules se sont envolées avant d’être soumises à un flux de chaleur important. De plus, si elles sont piégées, elles pourront alors facilement être dégradées directement par chauffage. C’est vers cette voie que nous nous penchons dans la suite de notre travail.
Liste complète des métadonnées

https://hal.inrae.fr/hal-02757517
Déposant : Migration Prodinra <>
Soumis le : jeudi 4 juin 2020 - 00:34:58
Dernière modification le : vendredi 12 juin 2020 - 10:43:26

Identifiants

  • HAL Id : hal-02757517, version 1
  • PRODINRA : 23369

Citation

Marie-Laure Rabot-Querci, Yann Rogaume, Caroline Rogaume, André Zoulalian. Emissions polluantes liées à la combustion dans les appareils de chauffage au bois indépendants. SFPG 2007. 11. Congrès de la Société Française de Génie des Procédés., Oct 2007, Saint-Etienne, France. ⟨hal-02757517⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

6