Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Communication dans un congrès

Attitudes et comportements individuels des agriculteurs dans la gestion du bocage

Résumé : L'Histoire nous montre que les fonctions des haies et du bocage dans son ensemble ont présenté une grande variété (enclos, exclos, limites foncières, bois d'oeuvre et de chauffage etc.) et des évolutions d'une période à l'autre. Cet ensemble de fonctions peut se refléter encore actuellement dans la forme de taille ou la structure des haies, que l'agriculteur doit prendre en compte dans la gestion de son territoire d'exploitation. Nous montrons à cet égard qu'il existe une diversité actuelle de formes de gestion des haies et autres bordures de champs dans les exploitations agricoles, en terme de pratiques (émondage, élagage, débroussaillage mécanique, chimique etc.) et d'organisation (modes et contraintes). Parallèlement aujourd'hui, des fonctions sont nouvellement désignées ou reconnues par la société, telles que les fonctions écologiques, esthétiques ou patrimoniales. Face à ces constats, nous nous posons la question de la compatibilité entre ces fonctions émergentes ou héritées, et la gestion réalisée par les agriculteurs. Quelles évolutions (spontanées ou selon des objectifs assignés) du comportement des agriculteurs peuvent être anticipées, et quels peuvent en être les déterminants ? Nous proposons d'associer à l'approche agronomique des systèmes techniques de gestion du bocage une approche psycho-sociale pour analyser les comportements individuels des agriculteurs et leurs déterminants en terme d'attitude et de contraintes. L'analyse a porté en particulier sur les pratiques de désherbage chimique versus mécanique des bordures de champs, qui ont un rôle dans le maintien des talus, la biodiversité et le contrôle des pollutions. Cette deuxième approche repose sur l'évaluation par les agriculteurs de leur niveau d'accord sur des phrases-clés intégrant les déterminants que l'on cherche à tester, telles que " je voudrais faire de l'entretien mécanique mais je ne dispose pas de temps suffisant ". Dans l'intention des agriculteurs de réaliser telle ou telle pratique, on montre que le comportement passé est très important : l'inertie, mais aussi l'ancrage des savoir-faire des agriculteurs y participent. D'autre part, les contraintes socio-économiques et les contraintes techniques perçues par les agriculteurs jouent de façon significative sans se superposer : la complexité technique de la gestion du bocage est une question à part entière, à côté des coûts et bénéfices. Enfin, l'attitude de l'agriculteur est le troisième thème qui intervient. Elle dépend des croyances techniques des agriculteurs (par exemple sur l'efficacité des techniques) et des normes subjectives (par exemple sur le jugement de la société à leur égard). Ces résultats montrent que la gestion du bocage par les agriculteurs est conséquente et complexe. Ils mettent en lumière le dilemme dans lequel les agriculteurs se trouvent, entre leurs attitudes et intentions qui changent avec celles de la société, et les contraintes pour les mettre en oeuvre par de nouveaux comportements. Ce type d'approche peut guider vers le repérage des niveaux et modes d'aide à la décision à mettre en oeuvre pour la gestion du bocage.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal.inrae.fr/hal-02760534
Déposant : Migration Prodinra <>
Soumis le : jeudi 4 juin 2020 - 05:09:24
Dernière modification le : lundi 6 juillet 2020 - 15:40:08

Identifiants

  • HAL Id : hal-02760534, version 1
  • PRODINRA : 629

Collections

Citation

Claudine Thenail, Sylvie Kergreis. Attitudes et comportements individuels des agriculteurs dans la gestion du bocage. Colloque Bocages et Sociétés, Sep 2004, Rennes, France. ⟨hal-02760534⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

9