Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Communication dans un congrès

Terafor : un modèle agroforestier à l'échelle du paysage pour une ingénierie agroécologique des territoires

Résumé : Par leurs nombreux rôles écologiques, les formations arborées (arbres isolés, haies, bois) tiennent une place essentielle dans les paysages ruraux ; elles devraient de ce fait constituer un enjeu majeur des politiques publiques en faveur de l’agroécologie. Certaines de ces formations sont parfois au centre de mesures nationales de préservation de la biodiversité ou de développement de services écosystémiques (trame verte et bleue, infrastructures agroécologiques). Mais du fait de leur diversité et des nombreux produits et services qu’elles procurent à de multiples bénéficiaires, les formations arborées sont des objets complexes à intégrer dans des réflexions ou projets de territoires agricoles. Pour aider à cette intégration, nous proposons de définir un modèle, appelé Terafor, de représentation spatiale des fonctions (produits, services) des formations arborées, qui couple un système d'information géographique (SIG) à une analyse multicritère (AMC). Un état de l'art de ce type de modèles appliqués à l’agroécologie a été réalisé pour aider au choix d’une méthode de construction du modèle Terafor. Pour contextualiser le modèle, les enjeux et motivations des acteurs d’un territoire agricole ont été mobilisés à l’occasion de notre implication dans un projet de développement de l’agroforesterie porté par l’association Bois Paysan et la chambre d’agriculture de l’Ariège. Le choix du modèle repose sur les enseignements de la revue de littérature, notamment sur la capacité du modèle à considérer les formations arborées comme objets à représenter, et sur les demandes des acteurs, notamment la capacité à prendre en compte une large multifonctionnalité des arbres. Les approches couplant SIG et AMC ont fait l'objet de nombreuses études notamment en écologie (Malczewski, 2006). De plus, de récents travaux proposent des méthodes pour appliquer ces approches à la gestion territoriale intégrée et à la gestion basée sur les écosystèmes (Greene et al., 2010) et qui apparaissent pertinentes pour la présente étude. À partir des rencontres avec les acteurs du territoire étudié, nous avons proposé une typologie des formations arborées à considérer dans le modèle. Elle distingue les arbres forestiers, dans les bois et massifs forestiers, de ceux hors forêt. Dans ce second groupe, nous avons opéré une distinction morphologique : les arbres isolés, les haies et alignements, les petits groupes d'arbres ou bosquets. En formalisant les relations entre les différentes formations arborées et leurs fonctions compte tenu de leur localisation dans le paysage, le modèle Terafor constitue un support d’interactions entre acteurs gestionnaires des ressources naturelles et de l’espace. Grâce à lui, de nouvelles pistes d’aménagements agroécologiques bénéfiques à plusieurs titres (agronomie, environnement, économie) vont émerger des discussions et contribuer au projet de développement local.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal.inrae.fr/hal-02797615
Déposant : Migration Prodinra <>
Soumis le : vendredi 5 juin 2020 - 14:57:18
Dernière modification le : mardi 16 juin 2020 - 15:46:23

Identifiants

  • HAL Id : hal-02797615, version 1
  • PRODINRA : 274671

Collections

Citation

Martin Vigan, Marc Deconchat, Laurent Simon. Terafor : un modèle agroforestier à l'échelle du paysage pour une ingénierie agroécologique des territoires. 7 èmes Journées Françaises de l'Ecologie du Paysage, Oct 2014, Dijon, France. 28 p. ⟨hal-02797615⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

24