Investigation épidémiologique sur une exploitation ovine laitière d’un lycée professionnel agricole suite à des signalements de cas humains de fièvre Q - INRAE - Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement Access content directly
Conference Papers Year : 2020

Investigation épidémiologique sur une exploitation ovine laitière d’un lycée professionnel agricole suite à des signalements de cas humains de fièvre Q

Abstract

Fin janvier 2019, trois premiers cas humain de fièvre Q ont été signalés à l’ARS (Agence régionale de santé) Nouvelle Aquitaine, tous élèves d’un lycée professionnel agricole doté d’une exploitation ovine laitière. L’élevage était alors touché par des avortements : la fièvre Q avait été suspectée en octobre sur une première série touchant quelques brebis adultes, puis confirmée, et suivie de plus de 40% des primipares qui ont avorté de fin décembre à février. Au final sur les 12 suspicions de cas humains, un seul a été confirmé. Néanmoins, près de 300 personnes pouvaient être considérées comme exposées (élèves, personnels) au sein du lycée agricole. La bergerie est située à proximité des autres bâtiments de l’exploitation et du lycée, l’ensemble est encerclé par les pâtures. De plus cet élevage est amené à se déplacer et à monter en estive avec d’autres élevage. Ce contexte a incité les acteurs de santé publique et vétérinaire à conduire des investigations et à préconiser des mesures de gestion. Au moment de la seconde vague d’avortements, l’excrétion par les animaux et la contamination dans l’environnement étaient massives. L’arrêt des activités a été établi le 21 janvier. L’ensemble des animaux a été vacciné y compris les nouvelles agnelles (de Cremoux et al., 2012). La bergerie a été curée et le fumier entassé à l’abris du vent puis composté. Deux nettoyages et désinfections (N/D) ont été réalisés, le dernier à l’aide d’un sporicide et après curage et sortie des animaux. Le suivi de l’évolution des niveaux de bactéries a révélé une diminution de l’excrétion par les animaux mais une persistance de fortes charges dans l’environnement. L’effet des N/D est apparu négligeable. Le suivi est poursuivi sur une année supplémentaire. Globalement, la transmission à la population humaine a été faible par rapport à la forte excrétion et la forte contamination. Les tests quantitatifs qui ont été utilisés (sur chiffonnettes (Carrié et al., 2019), sur laine pour la première fois) pour évaluer la contamination environnementale sont cruciaux pour cette zoonose transmissible par voie aérienne. Néanmoins les bactéries mortes comme vivantes peuvent être révélées par PCRq et des évolutions techniques sont nécessaires. De plus, les conditions favorisant la transmission sont encore mal connues. Un retour d’expériences, mais aussi une enquête sociologique afin de décrypter les perceptions et les représentations des acteurs pour mieux anticiper et vivre de telles situations de crise, sont également prévues.

Keywords

Fichier principal
Vignette du fichier
JourdainCom.pdf (3.29 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03155015 , version 1 (01-03-2021)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03155015 , version 1

Cite

Elodie Rousset, Mathilde Poivre, Jérôme Lafon, Kristel Gache, Richard Thiéry, et al.. Investigation épidémiologique sur une exploitation ovine laitière d’un lycée professionnel agricole suite à des signalements de cas humains de fièvre Q. Journées scientifiques et doctorales de l’Anses, Anses, Sep 2020, Maisons-Alfort, France. ⟨hal-03155015⟩
84 View
27 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More