L’agroforesterie, le futur de la viticulture ? - INRAE - Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement Access content directly
Journal Articles La revue des œnologues et des techniques vitivinicoles et œnologiques Year : 2020

L’agroforesterie, le futur de la viticulture ?

Abstract

L’agroforesterie est l’association sur une même parcelle d’une végétation arborée et/ou arbustive, et d’une production végétale, animale ou mixte. Les espèces ligneuses peuvent être réparties uniformément, inégalement ou en bordure de parcelle. Les systèmes agroforestiers fournissent des services écosystémiques et des produits et ce à différentes échelles ; parcelle, exploitation agricole, unité paysagère » (RRAF, 2018). La productivité de ces systèmes dépend de la différence nette entre les avantages et les coûts, entre les utilisations et les composantes biophysiques de l’agroenvironnement. Dans les systèmes de cultures intercalaires, les avantages des arbres sont à la fois économiques et écologiques : (i) ils produisent du bois, (ii) préservent les sols en améliorant leur structure et favorisent la biodiversité, (iii) réduisent la vitesse du vent et l’évaporation du sol, (iv) augmentent le stockage du carbone dans les parties aériennes (tronc, houppier) et dans le sol (transfert à des microorganismes telluriques), (v) améliorent les taux de matières organiques contenus dans les sols, (vi) ils recyclent les éléments nutritifs lessivés grâce à leur système racinaire et (vii) favorisent la résilience du système agricole face au changement climatique. Un système agroforestier bien dimensionné est compatible avec le matériel agricole standard. En revanche, dans des conditions limitantes, il est très important de définir la bonne combinaison arbre/culture et de prendre en compte les contraintes de la station pour placer le bon arbre au bon endroit. L’agroforesterie n’est pas une « nouvelle » technique, mais une redécouverte des atouts de l’arbre pour les cultures et notamment pour la vigne. Depuis l’antiquité, les Grecs et les Romains associaient les arbres avec la vigne. Au Moyen Âge, plusieurs techniques telles que les oullières (ex. : culture intercalée d’oliviers entre les rangs de vigne en Provence), les hautains (ex. : vigne sur un saule comme tuteur) et les joualles (ex. : vignes conduites sous des fruitiers dans le Périgord) étaient utilisées en zone viticole.
No file

Dates and versions

hal-03624502 , version 1 (30-03-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03624502 , version 1

Cite

Pierre-Emmanuel Courty, Christine Lobry, Pierre-Antoine Noceto, Alexandre Parizel. L’agroforesterie, le futur de la viticulture ?. La revue des œnologues et des techniques vitivinicoles et œnologiques, 2020, 177, pp.59-61. ⟨hal-03624502⟩
103 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More