ETUDE « 4 POUR 1 000 » OUTRE-MER - INRAE - Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement Access content directly
Reports Year : 2023

ETUDE « 4 POUR 1 000 » OUTRE-MER

Kenji Fujisaki
  • Function : Author
Adrien Teste
  • Function : Author
Alma Gavazzi
  • Function : Author
Clara Ponton
  • Function : Author
Margot Moniot
  • Function : Author
Ivonne Acosta-Alba
  • Function : Author
Yves Montouroy
  • Function : Author
Laëtitia Brechet
  • Function : Author
Tiphaine Chevallier
  • Function : Author
Jean-Luc Chotte
  • Function : Author
Antoine Richard
  • Function : Author
Clément Stahl
  • Function : Author
Anne Heurtaux
  • Function : Author
Ellie Daguet
  • Function : Author

Abstract

Coordonnée par le Cirad en partenariat avec INRAE et l’IRD, l’étude « 4 pour 1000 » Outre-mer dresse un bilan inédit des stocks de carbone du sol des territoires ultramarins. Les auteurs formulent des recommandations opérationnelles et de recherche pour préserver ces stocks élevés et répondre aux grands enjeux actuels de l’agriculture face au changement climatique au niveau national et territorial. Si le potentiel des sols métropolitains a fait l’objet d’une évaluation en 2019, celui des territoires ultramarins était jusqu’ici méconnu. Dans le cadre de la présente étude, les auteurs dressent pour la première fois un état des lieux des connaissances pour la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, La Réunion, Mayotte, Saint-Martin et Saint-Barthélémy. Deux constats majeurs sont dressés. En matière de stocks de carbone dans les sols, les territoires ultramarins jouent un rôle important malgré leur faible superficie (15 % de celle de l’hexagone) : ils équivalent à environ 20 % des stocks de carbone du sol de métropole. Cela s’explique essentiellement par la minéralogie originale de ces sols développés sur roches volcaniques, mais également l’impact de leurs usages (forêt, prairie, canne à sucre …). Autre constat : les données existantes sur le carbone du sol dans ces territoires sont incomplètes. Les sols de la Guadeloupe, de la Martinique, de Guyane et de La Réunion sont documentés de façon conséquente mais parcellaire. En revanche, aucune information n’existe encore pour Mayotte, Saint-Barthélémy et Saint-Martin. En outre, du fait de l’importance de la forêt guyanaise (équivalant à 46 % de la superficie forestière métropolitaine), le carbone stocké dans la biomasse aérienne a spécifiquement été étudié dans le cadre de cette étude. Il en ressort qu’il équivaut à 120 % du carbone aérien des forêts métropolitaines. Les auteurs formulent une série de recommandations. PREMIÈREMENT, il faut préserver les stocks élevés de carbone du sol et de la biomasse aérienne dans les territoires ultramarins et en limiter leur diminution : • Intégrer dans la Politique Agricole Commune la rémunération des services écosystémiques associés aux pratiques agricoles et forestières préservant les stocks des sols ; • Lutter contre la spéculation et la rétention de foncier agricole ; • Promouvoir les pratiques agroécologiques grâce à des mesures incitatives et à la communication ; • Faciliter l’accès aux moyens nécessaires à la mise en oeuvre des bonnes pratiques : investissement, Coopérative d’utilisation de matériel agricole et formations ; • Transposer le Label « bas-carbone » pour contribuer à l’adoption de pratiques stockant du carbone par une incitation économique. DEUXIÈMEMENT, des actions de recherche doivent être menées pour mettre en oeuvre efficacement les recommandations précédentes : • Accroître les connaissances des stocks de carbone du sol dans ces territoires pour mesurer les retombées des politiques publiques ; • Adapter les méthodes de quantification des capacités de stockage du carbone dans les sols pour transposer le Label « bas-carbone » ; • Accentuer les travaux sur la dimension sociale pour favoriser les innovations et l’adoption de bonnes pratiques ; • Développer des approches co-construites d’évaluation de scénarios agroécologiques à l’échelle de chaque territoire ultramarin ; • Créer davantage de lien entre science et politique et mieux intégrer les territoires d’Outre-mer dans les engagements français et européen en matière de lutte contre le changement climatique.
Fichier principal
Vignette du fichier
Rapport_Final_4p1000_Outre_mer_A4_ADEME.pdf (32.43 Mo) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-04073557 , version 1 (18-04-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04073557 , version 1

Cite

Julien Demenois, Alain Albrecht, Vincent Blanfort, Jean-Marc Blazy, Vincent Freycon, et al.. ETUDE « 4 POUR 1 000 » OUTRE-MER : Stocker du carbone dans les sols agricoles et forestiers ultramarins - Etat des connaissances et leviers d’actions dans les départements et régions d’Outre-mer. CIRAD, INRAE, IRD. 2023. ⟨hal-04073557⟩
323 View
8 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More