Agriculteurs et salariés agricoles mis en (in)capacité dans le débat sur les pesticides - INRAE - Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement Access content directly
Journal Articles Travail et Emploi Year : 2021

Farmers and Farm Workers Put in (In)Capability in the Debate on Pesticides

Agriculteurs et salariés agricoles mis en (in)capacité dans le débat sur les pesticides

Abstract

The effects of the use of agricultural pesticides on health are increasingly denounced in France, through campaigns led by environmental associations, residents, consumers and local elected representatives. Public debate on the subject has intensified since 2016 as a result of intense media coverage. However, the voices of farmers, and even more so those of employees, are barely heard. A qualitative study carried out in Gironde (France) examines this paradox: how explain the absence of agricultural workers, particularly salaried employees, from the public debate on pesticides when it has been proven that they are overexposed? Using the capabilities approach, this article analyses and identifies the structural and situational processes that produce this almost complete absence of participation. In order to gain a better understanding of what is at stake in public discussions on pesticides, the study has looked in particular at what they say when they are working. It reveals inequalities between vine-growers and employees on permanent contracts on the one hand, and employees on fixed-term contracts and seasonal workers on the other. Moreover, it shows that these inequalities are more complex than a simple employer/employee divide, because t
Les effets sanitaires liés à l’usage des pesticides agricoles sont de plus en plus dénoncés en France, à travers des mobilisations portées par des associations environnementales, des riverains, des consommateurs ou des élus locaux. Le débat public sur le sujet s’est intensifié sous l’effet d’une forte médiatisation à partir de 2016. Toutefois, les voix des agriculteurs et plus encore celles des salariés y sont peu audibles. Une enquête qualitative menée en Gironde permet d’interroger ce paradoxe : comment comprendre la quasi-absence des travailleurs agricoles, notamment salariés, du débat public sur les pesticides alors que leur surexposition est prouvée ? Mobilisant l’approche par les capabilités, cet article analyse et identifie les processus structurels et situationnels qui génèrent cette quasi-absence de participation. Pour mieux comprendre ce qui se joue lors des discussions publiques sur les pesticides, l’enquête s’est notamment intéressée à la prise de parole des travailleurs agricoles en situation d’activité. Elle révèle alors des inégalités entre viticulteurs et salariés en contrat à durée indéterminée (CDI) d’une part, et les salariés en contrat à durée déterminée (CDD) et ouvriers saisonniers d’autre part. Plus encore, elle montre qu’au-delà d’une simple opposition employeur/salarié, ces inégalités opèrent de façon plus complexe à l’intérieur d’un même statut, notamment celui de saisonnier.
Fichier principal
Vignette du fichier
travailemploi-13244.pdf (630.16 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive
Licence : CC BY SA - Attribution - ShareAlike

Dates and versions

hal-04419671 , version 1 (26-01-2024)

Licence

Attribution - ShareAlike

Identifiers

Cite

Agossè Nadège Degbelo, Jacqueline Candau, Ludovic Ginelli. Agriculteurs et salariés agricoles mis en (in)capacité dans le débat sur les pesticides. Travail et Emploi, 2021, 166-167, pp.155 - 181. ⟨10.4000/travailemploi.13244⟩. ⟨hal-04419671⟩
30 View
3 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More