Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Thèse

Stratégies nutritionnelles visant à moduler la croissance et la composition des dépôts tissulaires chez le porc: conséquences sur la qualité de la viande

Résumé : L’objectif de ce travail était de proposer des stratégies nutritionnelles permettant de modifier la vitesse et la composition du gain de poids aux niveaux corporel et tissulaire chez le porc, dans le but d’augmenter l’âge au stade commercial d’abattage et simultanément d’accroître la teneur en lipides intramusculaires (LIM), composante favorable pour la qualité sensorielle de la viande, sans augmenter l’adiposité corporelle. Deux stratégies alimentaires ont été étudiées : 1) restriction alimentaire de 25% (R1) ou restriction énergétique (20%) couplée à une diminution progressive des apports en protéines (lysine) relativement à l’énergie (R2) de 30 à 110 kg, chez des porcs croisés P76 (lignée synthétique ; expérience 1A) et des porcs croisés Duroc (expérience 1B) ; 2) expression d’une phase de croissance compensatrice (CC) en finition consécutive à une restriction alimentaire en croissance (restriction alimentaire de 30% de 30 à 80 kg puis réalimentation jusqu’à 110 kg, porcs croisés Duroc, expérience 2 ; restriction alimentaire de 35% de 30 à 70 kg puis réalimentation jusqu’à 110 kg, porcs croisés Duroc, expérience 3). Dans l’expérience 1, les porcs R1 et R2 sont plus âgés de 30 jours à l’abattage, suite à une vitesse de croissance réduite d’environ 25% relativement aux témoins alimentés à volonté. Les porcs R1 sont plus maigres et présentent une teneur en LIM réduite. Les porcs R2 ont une composition corporelle similaire et une teneur en LIM plus élevée dans le muscle Longissimus notamment pour les porcs croisés Duroc (+40%, P<0,001) comparativement aux témoins AL, alors que l’effet n’est pas significatif dans le muscle Biceps femoris des deux génotypes. Dans les expériences 2 et 3, la réalimentation suite à la restriction permet d’accroître de 7% (P=0,09) à 13% (P<0,001) respectivement, la vitesse de croissance (croissance compensatrice), conduisant à une augmentation de 23 (exp. 2) ou 19 (exp. 3) jours de l’âge à l’abattage des porcs CC par rapport aux témoins. La restriction affecte plus le dépôt de lipides que de protéines aux niveaux corporel comme intramusculaire, alors que la réalimentation favorise l’accrétion lipidique au niveau corporel mais pas au niveau du muscle : les porcs CC ont donc une composition corporelle équivalente et une teneur en LIM équivalente voire réduite par rapport aux témoins à volonté. Les variations de composition tissulaire résultant des différentes stratégies alimentaires ne modifient pas la qualité technologique, et n’ont pas permis d’améliorer la qualité sensorielle de la viande. Cependant, nos travaux confirment le rôle positif des LIM au-delà du seuil de 2,5% environ sur la jutosité et la tendreté de la viande. En conclusion, les stratégies nutritionnelles testées constituent un levier puissant pour moduler la composition tissulaire à l’abattage, mais restent à affiner afin de conduire à une amélioration de la qualité sensorielle de la viande.
Type de document :
Thèse
Liste complète des métadonnées

https://hal.inrae.fr/tel-02819477
Déposant : Migration Prodinra <>
Soumis le : samedi 6 juin 2020 - 16:59:18
Dernière modification le : mercredi 9 septembre 2020 - 10:26:04

Identifiants

  • HAL Id : tel-02819477, version 1
  • PRODINRA : 27827

Collections

Citation

Bénédicte Lebret. Stratégies nutritionnelles visant à moduler la croissance et la composition des dépôts tissulaires chez le porc: conséquences sur la qualité de la viande. Sciences du Vivant [q-bio]. AGROCAMPUS OUEST, 2009. Français. ⟨tel-02819477⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

7