Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Thèse

Etude expérimentale de l'évolution du mode de transmission du Cauliflower mosaic virus

Résumé : Le CaMV est le membre type du genre Caulimovirus infectant principalement les Brassicaceae et transmis par vecteurs selon le mode non-circulant. L’interaction entre le virus et le vecteur se fait par l’intermédiaire de la protéine P2 qui est nommée Helper Component (HC). Ce mécanisme moléculaire de transmission (présence d’un HC) permet à un génome X d’assister la transmission d’un génome Y (phénomène nommé HC-trans-complémentation). Nous posons ici l’hypothèse selon laquelle la HC-trans-complémentation constitue une stratégie permettant de mieux gérer la contrainte imposée par les goulots d’étranglement survenant à chaque événement de transmission. Chaque goulot d’étranglement est susceptible de provoquer la chute de la valeur sélective des populations virales (notamment à cause de la fixation des mutations délétères). Nous avons mis en place quatre lignées virales dont les goulots d’étranglement ont été composés d’un, deux, cinq et dix génomes viraux. Après quatre goulots, l’expérience n’a malheureusement pas pu être menée à son terme, à cause de problèmes expérimentaux non-suspectés a priori. La recombinaison pourrait être un moyen de re-créer des génomes sans mutation délétère. Nous avons estimé la fréquence de recombinaison durant un cycle d’infection du CaMV. Les génomes viraux issus de cinq plantes co-inoculées par deux clones quasi-isogéniques ont été analysés. La proportion de génomes recombinants présents semble particulièrement élévée et le taux de recombinaison semble homogène le long de tout le génome. Nous nous sommes attachés à déterminer si l’épissage de 70% des ARN 35S viraux avait pour fonction primaire de réguler l’expression de P2 et nous avons pu le confirmer. De manière indirecte, le HC pourrait donc imposer un coût sélectif par (i) la régulation du complexe réalisant l’épissage des ARN totaux et (ii) la synthèse de 70 % d’ARN viral ne servant pas de matrice lors de la réplication. Par ailleurs, des expériences de compétitions entre un isolat non-self-transmissible (ne produisant pas P2) et un isolat self-transmissible n’ont pas mis en évidence de coût sélectif puisque l’isolat self-transmissible a été largement majoritaire à la suite des co-inoculations, quelque soit la fréquence de départ. Ces deux résultats sont largement discutés.
Type de document :
Thèse
Liste complète des métadonnées

https://hal.inrae.fr/tel-02829683
Déposant : Migration Prodinra <>
Soumis le : dimanche 7 juin 2020 - 04:18:14
Dernière modification le : vendredi 12 juin 2020 - 10:43:26

Identifiants

  • HAL Id : tel-02829683, version 1
  • PRODINRA : 10469

Collections

Citation

Rémy Froissart. Etude expérimentale de l'évolution du mode de transmission du Cauliflower mosaic virus. Sciences du Vivant [q-bio]. Université Montpellier 2 (Sciences et Techniques), 2002. Français. ⟨tel-02829683⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

8