Terroir et protection de l'environnement : un mariage indésirable ? A propos d'intégration de critères environnementaux dans un instrument de politique agricole - INRAE - Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement Access content directly
Journal Articles Politiques et Management public Year : 2008

Terroir and the environment: an impossible marriage? About sectoral policy greening

Terroir et protection de l'environnement : un mariage indésirable ? A propos d'intégration de critères environnementaux dans un instrument de politique agricole

Abstract

Based on the example of Geographical Indications (GI) for agricultural products in France, this article addresses the issue of greening sectoral public policies. It describes the successive attempts by an increasing number of social actors (including farmers) to “marry” GI and the environment in the nineties, by introducing compulsory criteria of environmental friendship in the policy. Their repeated failures can be considered as surprising because representations about GIs are usually very close to ideas like the ‘terroir’, traditions and environmental friendship. Such failures result from the fact that the policy debate takes place on narrow sectoral arenas, weakly publicized, in which one single segment of the Ministry of agriculture holds considerable resources and acts as a veto player. The paper then addresses the shift that took place through the ‘Grenelle de l’environnement’, by transferring the bargaining process to a cross-sectoral and highly publicized arena, imposing considerable political constraints on opponents. Through this example, the paper illustrates and outlines the impacts that the configuration of the policy debate (institutional setting), the degree of openness of the policy process, and the policy instruments themselves, can have on the introduction of environment friendly criteria in sectoral policies.
A partir de l’exemple de la politique des Indications Géographiques des produits alimentaires (IG), cet article s’interroge sur les processus d’intégration de critères environnementaux dans les politiques sectorielles. Il présente tout d’abord les différentes tentatives de réforme dans ce sens depuis les années 1990, portées par des acteurs de plus en plus nombreux et variés, dont des professionnels agricoles. Leurs échecs successifs, d’autant plus étonnants que les IG sont généralement associées aux terroirs, aux traditions, et au respect de l’environnement, sont expliqués par la fermeture du débat sur des arènes sectorielles très peu publicisées au sein desquelles un sous-segment du ministère de l’agriculture dispose de ressources majeures lui permettant de s’opposer au changement. L’article analyse ensuite le retournement de situation qu’a opéré le Grenelle de l’environnement, en permettant le transfert du débat de politique agricole vers une arène intersectorielle et fortement publicisée, imposant aux opposants au changement un coût politique trop important. L’article souligne ainsi les effets des instruments de politique publique mis en jeu, de la configuration du cadre des négociations et du degré de publicité des débats sur les processus d’introduction de critères environnementaux dans les politiques sectorielles.

Dates and versions

hal-02655903 , version 1 (29-05-2020)

Identifiers

Cite

Matthieu Ansaloni, Eve Fouilleux. Terroir et protection de l'environnement : un mariage indésirable ? A propos d'intégration de critères environnementaux dans un instrument de politique agricole. Politiques et Management public, 2008, 26 (4), pp.3-24. ⟨10.4000/pmp.1569⟩. ⟨hal-02655903⟩
52 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More