Pratiques alimentaires des nourrissons associées au pic et au rebond d’adiposité dans l’étude EDEN - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year :

Pratiques alimentaires des nourrissons associées au pic et au rebond d’adiposité dans l’étude EDEN

(1) , (1) , (1) , (1) , (1) , (1) , (1)
1

Abstract

Introduction et but de l’étude: Un pic d’IMC élevé et un rebond d’adiposité précoce sont tous deux des marqueurs de la croissance associés à un risque d’obésité ultérieure. L’alimentation précoce constitue l’un des principaux facteurs modifiables de la croissance précoce. L’objectif de cette étude était d’étudier le lien entre les pratiques alimentaires précoces et l’âge et l’IMC au pic d’IMC et au rebond d’adiposité. Matériel et méthodes: L’échantillon d’étude était constitué de 1225 enfants de la cohorte EDEN. Les données sur l’allaitement et la diversification alimentaire ont été recueillies à la naissance, et à 4, 8 et 12 mois. Les données anthropométriques provenant d’examens cliniques et de mesures recueillies dans le carnet de santé ont permis de modéliser des courbes individuelles de croissance et ainsi déterminer l’âge et l’IMC au pic d’IMC et au rebond d’adiposité. Après avoir testé l’interaction avec le sexe de l’enfant, les associations entre les pratiques alimentaires et la croissance ont été étudiées grâce à des modèles de régression linéaire multivariée. Résultats et Analyse statistique: Le pic d’IMC a eu lieu à l’âge de 9,9 ± 2 mois et le rebond d’adiposité à 5,5 ± 1,4 ans, en moyenne. Les associations entre les pratiques alimentaires et le pic d’IMC et le rebond d’adiposité étaient modérées par le sexe de l’enfant. Chez les filles, chaque mois d’allaitement supplémentaire était associé à un décalage de 2 jours (IC95% [1 ; 4]) de l’âge au pic d’IMC (p<0,001) et à un décalage de 18 jours (IC95% [6 ; 30]) de l’âge au rebond d’adiposité (p=0.004). Chez les garçons, chaque mois supplémentaire avant le début de la diversification était associé à un décalage de 29 jours (IC95% [5 ; 54]) de l’âge au rebond d’adiposité (p=0,02). Enfin, une plus longue durée d’allaitement était associée à un plus faible IMC au pic chez les garçons, mais pas chez les filles. Conclusion: Le sexe de l’enfant avait un effet modérateur sur les associations entre les pratiques alimentaires et le pic d’IMC et le rebond d’adiposité. L’association entre la durée d’allaitement et la croissance précoce, déjà décrite dans la littérature, semblait plus forte chez les filles que chez les garçons. Nos résultats suggèrent également l’importance de s’intéresser à l’âge à la diversification chez les garçons pour la prévention de l’obésité.
Not file

Dates and versions

hal-03739212 , version 1 (27-07-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03739212 , version 1

Cite

Aurore Camier, Aminata Hallimat Cissé, Sandrine Lioret, Jonathan Y. Bernard, Marie-Aline Charles, et al.. Pratiques alimentaires des nourrissons associées au pic et au rebond d’adiposité dans l’étude EDEN. Journées francophones de nutrition, Nov 2021, Lille, France. ⟨hal-03739212⟩
2 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More