Chemical senses and metabolic disease in humans - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Médecine des Maladies Métaboliques Year : 2022

Chemical senses and metabolic disease in humans

Sens chimiques et maladies métaboliques chez l’Homme

(1) , (2) , (1) , (1) , (2) , (2) , (1) , (2)
1
2

Abstract

Taste and smell are described as chemical senses because of their molecule detection characteristics. They provide sensory information whose main role is the regulation of food intake. Because of this, many authors have theorized a link between alteration of these senses and the occurrence of metabolic diseases such as type 2 diabetes (T2D), obesity or dyslipidemia. We explore these links in a review of the literature. Studies on T2D do not always show a link between this disease and taste alteration, although some more recent studies are positive. However, there is a more consistent report of an alteration of the sense of smell. In the same way, a link between obesity and alterations of taste and smell is not found in all studies. Subjective modifications of taste and smell after bariatric surgery have been reported. No association was found between smell and dyslipidemia in the only study found in our literature review. These differences between studies may be explained by the lack of standardization of the measurement of taste and smell and by the relatively small number of people in the studies concerned. Furthermore, the existence of a possible causality between alteration of the chemical senses and the occurrence of a metabolic disease is not known to date, and further studies are needed to explore these areas.
Le goût et l’odorat sont décrits comme les sens chimiques en raison de leur caractéristique de détection de molécules. Ils apportent une information sensorielle dont le rôle principal est la régulation des apports alimentaires. En raison de cette fonction, de nombreux auteurs ont théorisé un lien entre l’altération de ces sens et la survenue de maladies métaboliques, telles que le diabète de type 2 (DT2), l’obésité ou les dyslipidémies. Nous avons entrepris une revue de la littérature pour explorer ces liens. Les études sur le DT2 ne mettent pas toujours en évidence de lien entre cette maladie et une altération du goût, certaines études plus récentes sont toutefois positives. On rapporte, en revanche, de manière plus consensuelle, une altération de l’odorat. De la même manière, le lien entre obésité et altérations du goût et de l’odorat n’est pas retrouvé dans toutes les études. Il est mis en évidence une modification subjective du goût et de l’odorat après chirurgie bariatrique. Il n’a pas été objectivée d’association entre l’odorat et les dyslipidémies dans l’unique étude retrouvée. Ces différences entre les études peuvent s’expliquer par une absence de standardisation des techniques de mesure du goût et de l’odorat et par des effectifs de patients assez faibles dans les études concernées. Par ailleurs, l’existence d’une éventuelle causalité entre altération des sens chimiques et survenue d’une maladie métabolique n’est pas connue à ce jour, d’autres études sont nécessaires pour explorer ces axes.
Not file

Dates and versions

hal-03826708 , version 1 (24-10-2022)

Identifiers

Cite

Pamela Spanjaard, Thomas Mouillot, Pauline Legris, Alexia Rouland, Corinne Leloup, et al.. Sens chimiques et maladies métaboliques chez l’Homme. Médecine des Maladies Métaboliques, 2022, 16 (6), pp.517-526. ⟨10.1016/j.mmm.2022.08.013⟩. ⟨hal-03826708⟩
0 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More