Evolution des flux d’eau dans des plantes herbacées prairiales lors de sécheresses - INRAE - Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement Access content directly
Master Thesis Year : 2021

Evolution des flux d’eau dans des plantes herbacées prairiales lors de sécheresses

Abstract

Grasslands cover 20% of the world's land surface and have essential ecological and economic roles. Since the 1850s, the global temperature has increased by 1.5°C and drought episodes have multiplied. Drought affects the functioning of these ecosystems, and it has become necessary to know how grasslands will respond to this facet of climate change. We therefore studied several grassland species during and after a period of water deficit by monitoring leaf and root ecophysiological traits over three measurement periods (Reference, Water Stress and Rehydration) to find out how these species respond to water stress. Intra- and inter-day trait variation was examined. We also developed and tested an indirect method for estimating root water content using a calibration based on near infrared spectroscopy. Results showed that some species are more tolerant than others to water deficit and that adaptations to water stress vary inter-specifically and can be morphological and/or physiological. The regression lines of the predictions of the calibrations seem to allow the estimation of the contents since the R2 of the lines are higher than 0.84.
Les prairies couvrent 20% de la surface terrestre mondiale et ont des rôles essentiels d’un point de vue écologique et économique. Depuis les années 1850, la température mondiale a augmenté de 1.5°C et les épisodes de sécheresse se sont multipliés. La sécheresse impacte le fonctionnement de ces écosystèmes, il est devenu nécessaire de savoir comment vont répondre les prairies à ce changement climatique. Nous avons donc étudié les flux d’eau chez plusieurs espèces prairiales pendant et après un déficit hydrique en suivant plusieurs traits écophysiologiques foliaires et racinaires sur trois périodes de mesure (Référence, Stress hydrique et Récupération) afin de savoir comment ces espèces répondent au stress hydrique. Les variations intra et inter journalières des traits ont été étudiées. Nous avons profité de cette étude pour mettre en place une méthode indirecte d’estimation des teneurs en eau racinaires à l’aide d’une calibration basée sur la spectroscopie proche infrarouge. Les analyses ont montré que certaines espèces sont plus tolérantes que d’autres au déficit hydrique et que les adaptations au stress hydrique varient inter spécifiquement et peuvent être morphologiques et/ou physiologiques. Les droites de régression des prédictions des calibrations semblent pouvoir permettent l’estimation des teneurs puisque les R2 des droites sont supérieurs à 0.84.
Fichier principal
Vignette du fichier
2021_ARNAULT_Pierrick_M2.pdf (1.99 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-04067693 , version 1 (13-04-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04067693 , version 1

Cite

Pierrick Arnault. Evolution des flux d’eau dans des plantes herbacées prairiales lors de sécheresses. Sciences de l'environnement. 2021. ⟨hal-04067693⟩
23 View
22 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More