Bien-être animal : Peut-on objectiver la subjectivité de l'animal ? - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Sections Year : 2010

Bien-être animal : Peut-on objectiver la subjectivité de l'animal ?

(1)
1

Abstract

C’est sans conteste à partir de la publication de l’ouvrage Animal Machines de Ruth Harrison en 1964 que la prise de conscience collective de la nécessité de respecter le bien-être des animaux a émergé (Algers et Ekesbo 2000). Questionnant l’origine des denrées alimentaires, Ruth Harrison, décrit alors les abus de l’élevage moderne, mettant ainsi par écrit ce que beaucoup pensait déjà sans l’exprimer. Cet ouvrage a eu des impacts à la fois dans le « grand public », les milieux politiques, et la communauté scientifique, que nous esquisserons dans un premier temps. Du côté des sciences, la problématique du bien-être animal a été abordée essentiellement au sein des sciences du comportement, en particulier l’éthologie appliquée, c a d la science du comportement des animaux qui vivent sous la dépendance de l’Homme (animaux d’élevage, de compagnie, de laboratoire…). En quoi les sciences du comportement permettent de comprendre le bien-être animal ? Quelles sont les questions auxquelles la science doit répondre dans le domaine du bien-être animal ? Tels sont les points qui seront évoqués dans ce chapitre.
Not file

Dates and versions

hal-02815870 , version 1 (06-06-2020)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02815870 , version 1
  • PRODINRA : 34727

Cite

Isabelle Veissier. Bien-être animal : Peut-on objectiver la subjectivité de l'animal ?. Penser le comportement animal. Contribution à une critique du réductionnisme, Editions Quae, pp.416, 2010, Natures Sociales, 978-2-7592-0400-7. ⟨hal-02815870⟩
22 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More