Which progress on feed efficiency in fattening young bulls? - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year : 2020

Which progress on feed efficiency in fattening young bulls?

Quelles avancées sur l’efficience alimentaire des jeunes bovins ?

(1) , (2, 3) , (4) , (2) , (1) , (1)
1
2
3
4

Abstract

Improving the feed efficiency of cattle is a crucial issue, to satisfy the worldwide growing demand for meat, reduce competition for resources and increase farm profitability. To study the feasibility of selecting this trait, the BEEFALIM 2020 program aims to understand the physiologic and genetic determinants of feed efficiency in fattening young bulls (YB). Between 2015 and 2019, 588 Charolais young bulls, offspring of bulls evaluated on individual control (IC), have been fattened on 4 experimental farms. The animals have been fed ad libitum with two contrasted diets, mainly composed of corn silage or grass silage. Three criteria of feed efficiency have been studied: the feed conversion efficiency (FCE), the residual feed intake (RFI) and the residual daily gain (RDG). The animals fattened with the corn silage had significantly higher average daily gain (ADG) (1.62 kg/day vs 1.39 kg/day), final body weight at the end of the control period (FW) (724 kg vs 673 kg) and daily feed intake (FI) (9.84kg/day vs 9.46 kg/day). The young bulls fattened with the corn silage had a significant higher FCE (0.166 kg/kg DM vs 0.147 kg/kg DM). However, a strong interaction was observed between the cohort and the diet. The observed variability of grass silage quality, according to harvest conditions and dates, could have impacted animal performances. The genetic analyses showed a moderate heritability on the three feed efficiency criteria (0.18 for FCE and 0.22 for RFI and RDG). No genetic correlations were found between RFI and RDG or between RFI and FCE, but a strong correlation exists between FCE and RDG (1.00). Moreover, RFI was genetically correlated with the daily feed intake (0.79), average daily gain (ADG) (0.57) and the final weight at the end of the control period (FW) (0.43). FCE and RDG are strongly correlated with ADG (0.79 and 0.75 respectively) and moderately with the FI (0.31 and 0.23, respectively) and the FW (0.35 and 0.26 respectively). Genetic correlations estimated between the bulls in IC, fed with concentrates, and their offspring, fed with silage, were 0.58 for RFI, 0.82 for RDG and 0.77 for FCE. These results demonstrate that a genetic improvement of beef cattle is possible on this trait, through a genetic index combining feed efficiency and production criteria.
L’amélioration de l’efficience alimentaire est un enjeu essentiel pour la filière bovin viande pour satisfaire la demande mondiale en produits carnés, diminuer les compétitions sur les ressources et augmenter la rentabilité des élevages. Pour étudier la faisabilité d’une sélection sur ce caractère, un des objectifs du programme BEEFALIM 2020 est de comprendre les déterminants physiologiques et génétiques de l’efficience alimentaire chez les jeunes bovins (JB) en engraissement. Entre 2015 et 2019, 588 JB Charolais, descendants de taureaux évalués sur contrôle individuel (CI), ont été engraissés dans 4 stations expérimentales. Les animaux ont été nourris ad libitum sur deux régimes contrastés, à base d’ensilage de maïs ou d’ensilage d’herbe. Trois critères d’efficience alimentaire ont été étudiés : le ratio d’efficience alimentaire (EA), la consommation moyenne journalière résiduelle (CMJR) et le gain moyen quotidien résiduel (GMQR). L’engraissement avec de l’ensilage de maïs a permis significativement une meilleure croissance des animaux (1,62 kg/j contre 1,39 kg/j), l’obtention d’un poids de fin de période de contrôle plus élevé (724 kg contre 673 kg) tout en ingérant plus d’aliments (9,84 kg MS/j contre 9,46 kg MS/j). Les JB nourris à l’ensilage de maïs ont significativement mieux valorisé l’aliment, avec une EA de 0,166 kg/kg MS contre 0,147kg/kg MS. Cependant, une forte interaction a été trouvée entre les séries et le régime. La variabilité des qualités de l’ensilage d’herbe observée, selon les conditions et les dates de récoltes, a pu impacter les performances des animaux. Les analyses génétiques ont montré une héritabilité modérée pour les trois critères d’efficience alimentaire (0,18 pour l’EA et 0,22 pour la CMJR et le GMQR). Aucune corrélation génétique n’a été observée entre la CMJR d’une part et le GMQR ou l’EA, mais une très forte corrélation génétique a été trouvée entre l’EA et le GMQR (1,00). On note également que la CMJR est corrélée génétiquement avec l’ingestion (0,79), le GMQ (0,57), ainsi que le poids final (0,43). L’EA et le GMQR sont fortement corrélés avec le GMQ (respectivement 0,79 et 0,75) et modérément avec l’ingestion individuelle (respectivement 0,31 et 0,23) ou le poids final (respectivement 0,35 et 0,26). Les corrélations génétiques estimées entre les taureaux de CI, nourris avec un aliment condensé, et leurs descendants, nourris à l’ensilage, sont de 0,58 pour la CMJR, 0,82 pour le GMQR et 0,77 pour l’EA. Ces résultats montrent qu’une amélioration génétique du troupeau allaitant pour ce caractère est possible via un index de sélection combinant les critères d’efficience et de production.
Fichier principal
Vignette du fichier
efficience_-_20200408.pdf (466.61 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-03932399 , version 1 (10-01-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03932399 , version 1

Cite

Clément Fossaert, Sébastien Taussat, Gonzalo Cantalapiedra-Hijar, G. Renand, T. Dechaux, et al.. Which progress on feed efficiency in fattening young bulls?. 25. Rencontres autour des Recherches sur les Ruminants (3R 2020), Dec 2020, Paris, France. pp.206-209. ⟨hal-03932399⟩
0 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More