Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Vers une maîtrise de la reproduction sans hormones chez les petits ruminants

Résumé : Dans les élevages ovins et caprins, la maîtrise de la reproduction est importante pour une reproduction hors saison sexuelle, pour grouper les mises bas et pour la pratique de l’Insémination Artificielle (IA). Le traitement hormonal d’induction et de synchronisation de l’oestrus et de l’ovulation est aujourd’hui le moyen le plus efficace pour atteindre ces objectifs. Le recours à des traitements photopériodiques et/ou à l’effet mâle apparaît comme une solution pour limiter l’utilisation d’hormones dans ces filières. Cet article rappelle les spécificités de la réponse ovulatoire et comportementale des femelles à « l’effet mâle », ainsi que les bases physiologiques qui contribuent à la réussite de cette pratique chez les ovins et les caprins. Le prétraitement des animaux avec des traitements photopériodiques de désaisonnement est un prérequis pour une réponse à l’effet mâle efficace, notamment chez des races très saisonnées comme les races caprines alpine et saanen. Des traitements lumineux sont actuellement disponibles en élevage pour une reproduction par effet mâle en toute saison. Toutefois, ils requièrent l’utilisation de mélatonine à certaines périodes de l’année (notamment pour une reproduction en période estivale). Cet article expose différents travaux réalisés pour développer de nouveaux traitements lumineux sans mélatonine, pouvant être appliqués en bâtiment ouvert. Des protocoles d’IA qui font appel à « l’effet mâle » sont en train d’émerger. Il s’agit pour certains de protocoles basés sur l’association de l’effet mâle avec des progestatifs et/ou des prostaglandines, et qui permettent de pratiquer une seule IA à un moment prédéterminé. Des protocoles d’IA après effet mâle seul (sans hormones) sont également disponibles, et notamment basés sur une détection des chaleurs. Chez les caprins, ils comportent 1 ou 2 moments d’IA, avec ou sans détection de chaleurs préalable. Chez les ovins, la détection des chaleurs est obligatoire pour la pratique de l’IA après un effet bélier seul. Dans les deux espèces, le développement de la détection automatisée des chaleurs facilitera le déploiement des protocoles d’IA sans utilisation d’hormones.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [70 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.inrae.fr/hal-02626004
Déposant : Migration Prodinra <>
Soumis le : mardi 26 mai 2020 - 15:57:43
Dernière modification le : jeudi 24 septembre 2020 - 11:18:36

Fichier

pellicer-rubio_productions-ani...
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

Collections

Citation

Maria-Teresa Pellicer-Rubio, Karine Boissard, Juraj Grizelj, Silvijo Vince, Sandrine Fréret, et al.. Vers une maîtrise de la reproduction sans hormones chez les petits ruminants. INRA Productions Animales, Paris: INRA, 2019, 32 (1), pp.51-66. ⟨10.20870/productions-animales.2019.32.1.2436⟩. ⟨hal-02626004⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

46

Téléchargements de fichiers

51