Les méthodes de maîtrise de la reproduction disponibles chez les mammifères d'élevage et leur intérêt en agriculture biologique - INRAE - Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement Access content directly
Journal Articles (Review Article) INRA Productions Animales Year : 2009

Available methods for the control of reproduction in domestic mammals and their interest for organic animal production

Les méthodes de maîtrise de la reproduction disponibles chez les mammifères d'élevage et leur intérêt en agriculture biologique

Abstract

The control of reproduction is necessary to optimise the productivity of livestock production systems. The regulations of organic farming do not impose specific reproductive practices among those that are already in use except that some of them are not authorized. Whatever the animal species, the success of reproduction in organic systems mainly relies on the choice of adapted breeds. Because sheep and goats are well-known seasonal breeders the major issue is to overcome this limitation of reproductive possibilities. In these organic farming systems the reproduction is possible all year round thanks to the manipulation of daylight duration without using melatonin, however up to now these treatments are not developed. The male effect is another method to overcome seasonal blockade am that allows synchronizing lambing and kidding without any hormonal treatments. This method is however rather difficult to apply in all situations. Artificial insemination (AI) is the main way to benefit from selection's progress. In conventional systems At is performed a fixed time after hormonal synchronization of ovulations without necessity to detect oestrus. AI, which is authorized on natural oestrus, in not really used in organic flocks because they are spread over several days. Synchronization of oestrus with the male effect is however promising way to perform AI and allow organic breeders to benefit from selection schemes. In conventional swine production systems the classical practice is to drive sows into a 7 batches system at 3 weeks interval. The productive cycle duration is of 21 weeks including 28 days of suckling. In the European regulation of organic farming systems, the piglet suck ling period should not be shorter than 40 days. Practically the weaning will occur at 42 days with a 8 batches system. Hence the whole productive cycle of the sow will be lengthened up to 23 weeks. In organic system, like in conventional systems, weaning is the main method to synchronize sows oestrus within a given batch. The overall efficiency of organic production is however reduced because no hormonal treatment is allowed either to synchronize gilts or to transfer open sows into another band and those that may show oestrus during lactation. In all pig production systems AI is performed after oestrus detection. In cattle, AI is generally performed after detection of natural oestrus. Reproduction is mainly performed through AI in dairy cows ani with bull mating in beef cows. Thus the fact that hormonal treatments are not allowed in organic systems do not penalise them Furthermore reproduction is possible all year round except that it is performed according to productive goals and local constraints. The development of natural methods for the control of reproduction in organic livestock systems implies numerous research approache and multidisciplinary programs, often common to different species. INRA is strongly involved in the study of hormone-free methods ani their adaptation to breeding constraints.
La maîtrise de la reproduction contribue à optimiser la productivité de l’exploitation. La réglementation de la production biologique n’impose pas de conduite de reproduction spécifique, mais limite les pratiques autorisées parmi l’ensemble des stratégies disponibles pour les éleveurs. Les conséquences de ces limitations sont plus ou moins pénalisantes selon l’espèce animale considérée. Ainsi, l’interdiction des traitements hormonaux représente le principal obstacle pour la maîtrise de la reproduction en agriculture biologique (AB) chez les petits ruminants et les porcins. La maîtrise de la saisonnalité de la reproduction est un objectif pour la plupart des éleveurs ovins et caprins. Dans ces deux espèces, la reproduction est possible tout au long de l’anoestrus saisonnier grâce à des traitements lumineux sans recours à la mélatonine, mais des difficultés de mise en œuvre font qu’ils sont aujourd’hui peu utilisés en AB. En élevage conventionnel ovin et caprin, l’insémination artificielle (IA) est réalisée à un moment fixe après synchronisation hormonale des ovulations et sans détection d’oestrus. En AB, l’IA est autorisée sur chaleurs naturelles : cela implique la pratique systématique de la détection des chaleurs sur plusieurs jours pour identifier les femelles à inséminer. Pour cette raison, l’IA est très peu pratiquée en AB chez ces deux espèces. La synchronisation des ovulations par effet mâle est une alternative prometteuse pour simplifier les protocoles d’IA, facilitant l’accès des éleveurs AB aux schémas de sélection et donc la généralisation de cette pratique. La conduite de reproduction la plus courante en élevage de porc conventionnel est dite en 7 bandes. La durée du cycle d’une bande est de 21 semaines dont 4 semaines d’allaitement. En AB, le règlement européen impose l’augmentation du temps d’allaitement des porcelets à 40 j minimum. En pratique, le sevrage a lieu à 42 j avec une conduite en 8 bandes, le cycle de reproduction s’étend donc à 23 semaines. En AB comme en conventionnel, le sevrage est la principale méthode utilisée pour la synchronisation de l’oestrus des truies dans leur bande. L’efficacité de la conduite en bandes est toutefois pénalisée en AB par l’interdiction des traitements hormonaux, utilisés fréquemment en conventionnel pour intégrer les cochettes dans les bandes, pour recycler des femelles décalées ou pour prévenir des oestrus de lactation. Cependant, l’interdiction de l’utilisation d’hormones ne pénalise pas la pratique de l’IA car elle est réalisée sur oestrus naturels synchronisés par le sevrage chez la majorité des producteurs en AB et en élevage conventionnel. Chez les bovins, l’insémination est pratiquée de manière générale sur chaleurs naturelles. Lors de la mise à la reproduction, la mise en place de la semence est réalisée par insémination artificielle (majoritaire en élevage laitier) ou par monte naturelle (majoritaire en élevage allaitant). L’interdiction des traitements hormonaux d’induction et de synchronisation des chaleurs n’est donc pas pénalisante en AB par rapport à l’élevage conventionnel. La mise à la reproduction est possible toute l’année, avec des contraintes qui diffèrent selon les objectifs de production. Les voies de recherche pour le développement de méthodes naturelles de maîtrise de la reproduction utilisables en AB sont très diverses, multidisciplinaires et souvent communes aux différentes espèces de mammifères d’élevage. L’INRA contribue fortement à l’amélioration des méthodes existantes et à leur adaptation aux contraintes d’élevage. Il s’implique également dans la conception et la validation de nouvelles approches de maîtrise de la reproduction sans hormones. Ce développement ne pourra connaître un véritable essor que dans le cadre d’une relation étroite entre la recherche finalisée et les professionnels.
Fichier principal
Vignette du fichier
Prod_Anim_2009_22_3_11_1.pdf (1.4 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

hal-02667431 , version 1 (31-05-2020)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02667431 , version 1
  • PRODINRA : 32318
  • WOS : 000269710600011

Cite

Maria-Teresa Pellicer-Rubio, Stéphane Ferchaud, Sandrine Freret, Hervé Tournadre, Alice Fatet, et al.. Les méthodes de maîtrise de la reproduction disponibles chez les mammifères d'élevage et leur intérêt en agriculture biologique. INRA Productions Animales, 2009, 22 (3), pp.255-270. ⟨hal-02667431⟩
206 View
885 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More