Récentes avancées sur les facteurs de variation des concentrations en vitamines du lait chez les ruminants - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles INRAE Productions Animales Year : 2022

Récentes avancées sur les facteurs de variation des concentrations en vitamines du lait chez les ruminants

(1)
1

Abstract

Vitamins are essential nutrients for the proper functioning of mammalian cells, but these cells are generally not able to synthesize them, or not in sufficient quantities to cover the needs of the whole organism. They are involved in most cellular biological functions and at all physiological stages of individuals. Specific needs have to be covered by regular nutritional intake, because of limited body's storage capacity. Epidemiological studies indicate that this is not the case. In addition to the well-known symptomatic pathologies of deficiencies in each of the vitamins (like xerophthalmia due to vitamin A deficiency), the links between these sub-clinical intakes and the risks of developing diseases with age are highlighted. Dairy products can be interesting vitamin sources because of the quantities they contain, their bioavailability, their regular consumption, whether daily or yearly, and their affordability. However, elements to characterize the vitamin content in these products are still far from complete. Some vitamins have not yet been studied (D, K, B-1, B-3, B-5, B-8 and C), some variation factors have been described for others. Grazing ruminants thus seem to produce milk that is richer in vitamins (A, E, B-2, B-9) than in other feeding modes, but this turns out to be to the detriment of vitamin B-12 for which dairy products are important provider in human nutrition. A more detailed knowledge of the qualitative and quantitative relationships between production conditions (species, breeds, nature of the feed in particular) would eventually make it possible to propose ways of producing milk and dairy products whose vitamin content could be optimized.
Les vitamines sont des nutriments essentiels au bon fonctionnement des cellules des mammifères mais celles-ci ne sont généralement pas capables de les synthétiser, ou pas en quantité suffisante pour couvrir les besoins de l’organisme entier. Elles participent à la plupart des fonctions biologiques cellulaires et à tous les stades physiologiques des individus. Il est important que les besoins spécifiques soient couverts par des apports nutritionnels réguliers, les capacités de stockage corporel étant parfois très limitées. Les études épidémiologiques indiquent cependant que tel ne serait pas le cas. En plus des pathologies symptomatiques bien connues des carences en chacune des vitamines (comme la xérophtalmie résultant de la carence en vitamine A), il est de plus en plus mis en lumière des liens entre ces apports subcliniques et les risques de développement de maladies en particulier avec l’âge. Les produits animaux de ruminants, les produits laitiers en particulier, peuvent être des sources d’apport intéressantes compte tenu des quantités qu’ils contiennent, de la biodisponibilité de celles-ci, de leur consommation régulière, que ce soit au niveau quotidien ou annuel, de leur bonne accessibilité (coût, transport, stockage). Cependant, les éléments de caractérisation des teneurs en vitamines dans ces produits sont encore loin d’être complets. Certaines vitamines n’ont pour le moment pas été étudiées (D, K, B1, B3, B5, B8 et C), quelques facteurs de variation ont été décrits pour les autres. Les ruminants au pâturage semblent ainsi produire des laits plus riches en vitamines (A, E, B2, B9) qu’avec les autres modes d’alimentation, mais cela s’avère être au détriment de la vitamine B12 pour laquelle les produits laitiers ont un rôle pourvoyeur important dans la nutrition humaine. Une connaissance plus approfondie des relations qualitatives et quantitatives entre les conditions de production (espèces, races, nature de l’alimentation en particulier) permettrait à termes de proposer les moyens de produire des laits et des produits laitiers dont les apports en vitamines pourraient être optimisés.
Fichier principal
Vignette du fichier
2022_Graulet_INRAE_Pro_Anim.pdf (434.9 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-03800999 , version 1 (06-10-2022)

Identifiers

Cite

Benoit Graulet. Récentes avancées sur les facteurs de variation des concentrations en vitamines du lait chez les ruminants. INRAE Productions Animales, 2022, 35 (2), pp.139-154. ⟨10.20870/productions-animales.2022.35.2.7080⟩. ⟨hal-03800999⟩
10 View
1 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More